•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Damase célèbre un demi-siècle de résistance

Le reportage d'Isabelle Larose
Radio-Canada

Bien que Saint-Damase ait jadis frôlé la fermeture, la petite communauté est aujourd'hui plus dynamique que jamais. Le village matapédien a reçu samedi le trophée de la résistance dans le cadre de la 9e Journée de la résistance et de la fierté rurale.

L'évènement est organisé depuis 2006 par le Centre de mise en valeur des Opérations dignité dans le but de stimuler la fierté des communautés rurales.

C'est avec fierté que le maire s'est vu remettre en ses mains la récompense, un demi-siècle après que le Bureau d'aménagement de l'Est du Québec ait menacé le village de fermeture.

« On s'est comme qu'on dirait battu pour rester vivant et pas être déraciné », lance le maire Jeam-Marc Dumont.

Léonard Otis est l'un de ceux qui ont lutté pour sauver les villages de l'arrière-pays. Il se dit inquiet pour l'avenir de certaines communautés, mais pas pour Saint-Damase

« Je suis fier de dire que Saint-Damase, ce n'est pas une paroisse comme les autres », s'enorgueillit le sylviculteur.

Même si la communauté ne regroupe que 400 âmes, Saint-Damase compte toujours une école, une caisse, un bureau de poste et une épicerie.

L'église est toujours ouverte et on se prépare même à lui refaire une beauté. « La communauté s'est mobilisée puisqu'elle devait fournir 300 000 $ . En un an et demi, elle a déjà pratiquement toute la somme. C'est ce qui donne le caractère unique à la communauté de St-Damase », raconte Steve Ouellet, agent rural au Centre local de développement (CLD) de la Matapédia.

La comédienne Denise Guénette a grandement contribué au caractère unique de Saint-Damase, en fondant, il y a 25 ans, le théâtre de la Pente Douce.

« N'importe quel projet, quand on y croit, ça marche. J'ai cru en mon théâtre et je crois que les gens d'ici, les gens de Saint-Damase, croient en ce qu'ils font et c'est pour cela que ça marche », estime l'artiste.

La fierté du village repose aussi sur une ferme laitière biologique, l'entreprise Damabois, et bientôt, sur un parc éolien communautaire qui doit assurer des redevances d'au moins 70 000 $ chaque année à la municipalité.

L'avenir semble donc prometteur pour les enfants de Saint-Damase qui sont certes le plus bel héritage de cette résistance.

Est du Québec

Société