•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Course à la direction du Bloc québécois : un premier débat sans vague

Les deux aspirants chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu et André Bellavance

Les deux aspirants chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu et André Bellavance

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les deux candidats à la direction du Bloc Québécois ont croisé le fer devant 500 militants lors du premier débat de cette course, samedi à Rimouski.

Ce premier duel s'inscrivait dans le cadre du congrès national du Bloc québécois, qui réunit quelque 500 délégués en provenance de partout au Québec.

Si André Bellavance et Mario Beaulieu s'entendent sur plusieurs points, ils proposent tout de même deux visions bien différentes de l'avenir du parti.

« Si on ne parle pas d'indépendance, notre adversaire parle de référendum durant l'élection et on est prêt. Il faut mobiliser les militants, augmenter l'appui à la souveraineté », a plaidé l'ex-président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Mario Beaulieu.

André Bellavance, lui, propose une démarche plus modérée pour intéresser un plus grand nombre d'électeurs.

En entendant l'indépendance, le député de Richmond-Arthabaska veut surtout que le parti occupe plus de quatre sièges à Ottawa. « L'idée que j'ai avancée, c'est de se rapprocher des préoccupations des gens », a précisé André Bellavance.

Les délégués du Bloc québécois réunis en congrès à Rimouski, le 24 maiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les délégués du Bloc québécois réunis en congrès à Rimouski, le 24 mai

Photo : Daniel Thibeault

Le débat n'a pas donné lieu à de grandes envolées et n'a suscité que quelques réactions polies dans la salle.

Plusieurs jeunes bloquistes se sont faits moins taciturnes. Devant une résolution qui propose d'imbriquer le forum jeunesse au sein de l'instance nationale, cette jeunesse militante penche plutôt du côté de Mario Beaulieu qui s'est engagé à les défendre.

Mais au-delà des débats et des différences, les bloquistes réunis sentent que leur reconstruction est bien amorcée et qu'ils peuvent faire mieux aux prochaines élections. Ils leur restent à se choisir un chef, dont l'identité sera dévoilée le 14 juin à Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !