•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six Iraniens été arrêtés pour avoir dansé sur la chanson Happy de Pharrell Williams

Une séquence du vidéoclip de la chanson « Happy » par des Iraniens.
Une séquence du vidéoclip de la chanson « Happy » par des Iraniens. Photo: AP Photo
Radio-Canada

Six Iraniens qui dansent dans un vidéoclip de la chanson Happy de Pharrell Williams ont été arrêté par les autorités. Ils ont depuis été relâchés, à l'exception du réalisateur du vidéoclip, selon le groupe International Campaign for Human Rights in Iran.

Les autorités iraniennes les accusent d'avoir eu un comportement occidental décadent.

Dans ce vidéoclip, des jeunes d'une vingtaine d'années posent devant la caméra avec des lunettes et des vêtements ridicules sur les toits des maisons et dans les ruelles de Téhéran. Aucune des trois femmes qui sont présentes dans le vidéoclip ne porte de hijab.

Des critiques provenant d'autres pays ont rapidement fusé mercredi, en plus d'appels sur les réseaux sociaux à la libération de ces jeunes.

Même le chanteur Pharrell Williams a dénoncé l'arrestation sur son compte Twitter officiel. Il a écrit : « C'est triste que ces enfants aient été arrêtés pour avoir essayé de propager le bonheur. »

Sur son compte Twitter, le président iranien, Hassan Rohani, a semblé vouloir étouffer la controverse mercredi en affirmant : « Le bonheur est le droit de notre peuple. Nous ne devrions pas être trop durs devant les comportements provoqués par la joie. »

L'accès aux sites Internet comme YouTube et Facebook est bloqué par la censure iranienne, bien que beaucoup de jeunes à l'aise avec Internet utilisent d'autres solutions pour contourner les contrôles.

La chanson Happy a été reprise par des admirateurs dans le monde entier. Ces vidéoclips se sont répandus comme une traînée de poudre dans les réseaux sociaux.

(Source : chaîne YouTube iamOther de Pharrell Williams)

Lorsque Pharrell Williams a lancé le vidéoclip de Happy le 21 novembre dernier, il a lancé de manière non intentionnelle un phénomène viral. Des vidéoclips provenant du Portugal, de Croatie, de Slovaquie, des Philippines, d'Irlande, d'Allemagne, d'Islande et du Malawi ont, depuis, fait le tour du monde.

Musique

Arts