•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec pourrait reculer sur le projet de cimenterie de Port-Daniel

Le ministre Jacques Daoust s'explique sur les risques qu'il perçoit relativement au projet de cimenterie à Port-Daniel-Gascons.

Le ministre Jacques Daoust s'explique sur les risques qu'il perçoit relativement au projet de cimenterie à Port-Daniel-Gascons.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Jacques Daoust, ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation dans le gouvernement de Philippe Couillard, met décidément la pédale douce en ce qui a trait au projet controversé de cimenterie à Port-Daniel-Gascons, en Gaspésie. À l'entrée du Conseil des ministres aujourd'hui, M. Daoust n'a pas caché qu'il trouvait ce projet « risqué ».

« Le gouvernement du Québec est investisseur, a rappelé le ministre. Quand on est un investisseur en équité, si ça va pas bien, ce sont eux (sic) qui perdent en premier. Et on est à hauteur de 100 millions de dollars dans ce dossier-là. C'est beaucoup d'argent. »

Rappelons que la construction éventuelle d'une cimenterie à Port-Daniel-Gascons représente un projet totalisant un milliard de dollars. Un projet qu'avait annoncé en grande pompe la première ministre Pauline Marois, le 31 janvier dernier.

Or, mardi, des signes de dissensions sont apparus au sein du nouveau gouvernement libéral de Philippe Couillard, relativement à ce projet. Tandis que le ministre de l'Environnement, David Heurtel, se montrait optimiste quant aux chances de ce projet d'aller de l'avant, Jacques Daoust et Carlos Leitao, ministre des Finances, préféraient faire preuve de prudence.

De leur côté, les élus de Québec solidaire se faisaient fort d'affirmer que Philippe Couillard avait lui-même manifesté de l'opposition à l'égard de ce projet, et ce, avant qu'il n'accède au poste de premier ministre. 

Le projet de cimenterie de Port-Daniel-GasconsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le projet de cimenterie de Port-Daniel-Gascons

Prudence

Prudence est un terme qui est revenu dans les propos de Jacques Daoust ce matin, qui a souligné qu'au-delà des 100 millions de dollars d'investissement, Québec avait aussi promis 250 millions, sous forme de prêts. Un prêt de deuxième rang, donc comportant une part de risque, a décrit le ministre. 

La Caisse de dépôt et placement participe également à l'aventure à hauteur de 100 millions de dollars, en capital-actions.

« C'est l'argent des Québécois et cet argent n'est pas notre épargne, on l'emprunte. Je vais faire en sorte de diminuer le risque ou on va éliminer le risque, tout simplement. Si c'est un bon dossier, le marché institutionnel privé pourra prendre la relève. Je ne suis pas persuadé, dans le moment, que le risque que nous prenons est celui qu'il faut prendre. »

— Une citation de  Jacques Daoust, ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation

Jacques Daoust, un ancien patron d'Investissement Québec, affirme ne pas remettre en question le plan d'affaires de la future cimenterie autant que le montage financier qui a été érigé pour mener à bien cet éventuel investissement. Le ministre Daoust a insisté pour dire que le gouvernement libéral prendrait sans tarder une décision dans ce dossier qui tient l'Est du Québec en haleine.

Le projet mécontente quantité de gens aussi. Mardi, alors que s'amorçaient les travaux à l'Assemblée nationale, des manifestants opposés au projet de cimenterie ont accueilli les parlementaires avec moult cris et pancartes. 

Les travailleurs provenant de Ciment Lafarge à Saint-Constant, Holcim de Joliette, Ciment-Québec à Saint-Basile-de-Portneuf et Colacem, de Grenville-sur-la-Rouge, disent ne pas comprendre qu'un gouvernement aux prises avec une impasse budgétaire de 3,7 milliards de dollars s'apprête à injecter des centaines de milliers de dollars dans ce projet.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec