•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C.-B. : l'accélération de la fonte des glaciers inquiète

Glacier Lowell dans le parc national Kluane, entre la Colombie-Britannique et l'Alaska au sud du Yukon.

Glacier Lowell dans le parc national Kluane, entre la Colombie-Britannique et l'Alaska au sud du Yukon.

Photo : (Sean Kilpatrick/Canadian Press)

Radio-Canada

L'accélération du rythme de récession des glaciers de l'ouest du pays préoccupe grandement les chercheurs qui étudient les changements climatiques, peut-on lire dans un rapport de l'organisme américain National Climate Assessment.

« La plupart des glaciers de la Colombie-Britannique et de l'Alaska rétrécissent considérablement », y est-il précisé. 

« Cette tendance devrait continuer de croître en touchant la production hydro-électrique, les modèles de circulation océanique, les pêches et la hausse du niveau de la mer à l'échelle mondiale », ajoute-t-on.

Des milliards de mètres cubes d'eau

En Colombie-Britannique, les chercheurs portent un intérêt particulier aux glaciers Lloyd George, situé à l'ouest de Fort Nelson, et Castle Creek, près de McBride, ainsi qu'aux glaciers Tiedemann, dans la région de la chaîne côtière, et ceux du bassin du fleuve Columbia.

Les premiers résultats des recherches révèlent que ces glaciers perdent chaque année 22 kilomètres cubes de glace, ce qui représente 22 milliards de mètres cubes d'eau. Aux fins de comparaison, une piscine olympique contient approximativement 2500 mètres cubes d'eau.

On a recensé 200 000 glaciers sur la planète, dont 17 000 en Colombie-Britannique et 800 en Alberta.

« Nous avons constaté une accélération du rythme de récession des glaciers », a expliqué Brian Menounos, professeur de géographie à la University of Northern British Columbia et l'un des chercheurs participant à cette étude sur la fonte des glaciers.

Selon le rapport, le déclin mondial du volume des glaciers et de la nappe glacière serait l'un des facteurs les plus importants de l'augmentation du niveau de la mer au cours de ce siècle.

Il s'agit de la perte de glace la plus significative sur terre; elle est causée par la hausse des températures découlant des changements climatiques.

À l'échelle planétaire

Des pertes similaires sont relevées partout dans le monde, et l'accélération s'accentue. Le rapport de l'organisme signale que les effets seront lourds de conséquences.

« Quand on ajoute collectivement ces données, il existe une hausse potentielle du niveau de la mer de 30 à 40 centimètres, provenant de la fonte des glaces », précise M. Menounos.

L'augmentation du niveau de la mer de 40 centimètres pourrait provoquer des inondations annuelles touchant 100 millions de personnes sur la planète

Brian Menounos, professeur de géographie à la University of Northern British Columbia

La fonte des glaciers en Colombie-Britannique

Brian Menounos prédit que les plus petits glaciers de la Colombie-Britannique, comme ceux des Rocheuses et de l'intérieur de la province, auront fondu d'ici la fin du siècle.

Le professeur mentionne que l'eau des glaciers est un thermorégulateur des cours d'eau d'amont. Sa perte aura des répercussions sur la température de l'eau, sur les poissons et sur la couche de neige annuelle. L'approvisionnement en eau et l'agriculture ne seront pas épargnés, selon lui.

Par ailleurs, dit-il, la province pourrait subir des inondations plus importantes l'hiver et des périodes de sécheresse plus grandes l'été, ce qui est problématique pour la Colombie-Britannique, qui a recours à l'hydroélectricité pour ses besoins énergétiques.

Changements climatiques

Science