•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Journée mondiale contre l'homophobie : entre progrès et reculs

La communauté gaie représente un marché lucratif, convoité par les commerçants et les publicitaires, explique Pascal Robidas.
Radio-Canada

On souligne ce samedi la Journée internationale contre l'homophobie. Si les mentalités évoluent, l'actualité nous rappelle qu'il reste du chemin à faire pour défendre les homosexuels.

Le premier joueur ouvertement gai de la NFL, Michael Sam, a embrassé son compagnon devant les caméras lorsqu'il a appris qu'il allait jouer pour les Rams de Saint Louis. Un autre joueur s'est dit scandalisé de ce geste.

« Ma foi ne me permet pas d'accepter ce qui s'est passé durant la fin de semaine! Désolé, mais je ne suis pas désolé! Adam et Ève, pas Adam et Adam », a écrit sur Twitter le joueur Maurice Price. Le tweet a été effacé depuis et son équipe a renié ses propos.

Don Jones, des Dolphins de Miami, a trouvé les images « horribles », mais il s'est finalement excusé après que son club lui eut infligé une amende.

Rassemblement à Montréal

Fierté Montréal organise samedi un rassemblement pacifique à la mémoire de Joe Rose.

Le jeune homme de 23 ans avait trouvé la mort en 1989, à la suite d'une attaque par un groupe d'adolescents à proximité de la station de métro Frontenac, à Montréal. Sous prétexte qu'il avait les cheveux roses, Joe Rose, insulté de « faggot », avait été victime d'un meurtre homophobe.

La ministre Vallée salue la lutte contre l'homophobie

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, salue « toutes les actions qui font du Québec une société prônant le respect des droits, sans égard à l'orientation sexuelle ». Elle ajoute que, même si beaucoup a été accompli, le travail collectif doit se poursuivre.

La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, propose quant à elle la réintroduction des cours d'éducation sexuelle au secondaire pour lutter contre cette forme de discrimination. Mme Massé conclut qu'au Québec, « il faut aussi que les personnes trans voient leurs droits reconnus ».

La journée mondiale de lutte à l'homophobie a vu le jour en 2003. Elle commémore la décision prise en 1990 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de ne plus considérer l'homosexualité comme une maladie.

Avec les informations de La Presse canadienne

Société