•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La violence guette les femmes autochtones en Saskatchewan

Darlene Okemaysin-Sicotte

Darlene Okemaysin-Sicotte

Photo : Pascale Bouchard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quinze pourcent des femmes autochtones assassinées au pays depuis 30 ans l'ont été en Saskatchewan, selon des données récoltés par la GRC. 

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) précise dans son rapport d'envergure nationale que 153 femmes autochtones ont été tuées en Saskatchewan entre 1980 et 2012, contre 1017 à l'échelle du pays.

Il existe aussi 16 dossiers non résolus.

Les chiffres ne surprennent pas l'organisme Women Talking Together de Saskatoon qui travaille depuis une dizaine d'années pour sensibiliser le sort de ces femmes auprès du public.

La coprésidente du groupe, Darlene Okemaysim-Sicotte, estime que la situation ne changera pas tant qu'il n'existera pas de véritable stratégie.

« Tout le monde veut des solutions, mais les choses ne tournent qu'en rond », explique-t-elle.

Darlene Okemaysim-Sicotte souhaiterait que les réserves aient plus d'agents autochtones de la GRC. Il faudrait également, dit-elle, un soutien renforcé pour les familles des femmes disparues ou assassinées, car elles sont psychologiquement affaiblies et se retrouvent parfois à court d'argent.

« Elles deviennent endettées et certaines perdent leurs emplois », ajoute Mme Okemaysim-Sicotte qui voudrait voir une commission d'enquête nationale sur le sujet.

Enquête nationale redemandée

Le ministère de la Justice de la Saskatchewan souhaite également voir la tenue d'une telle enquête. « Il faut une véritable consultation avec les groupes autochtones », déclare une directrice générale auprès du ministère de la Justice, Betty Ann Pottruff.

Darlene Okemaysin-Sicotte rappelle aussi au public le besoin de prêter attention aux dossiers des femmes disparues ou assassinées, car tout détail oublié pourrait faire avancer des enquêtes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !