•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ONE à Cacouna : entre satisfaction et inquiétude

Terminal maritime de Gros-Cacouna
Terminal maritime de Gros-Cacouna
Radio-Canada

Une quarantaine de citoyens ont pris part, jeudi soir, à la rencontre tenue à Cacouna par l'Office national de l'énergie (ONE) et qui portait sur Énergie Est, le projet de pipeline et de terminal pétrolier de la compagnie TransCanada.

Selon une porte-parole présente à Cacouna, Whitney Punchak, l'organisme réglementaire est totalement indépendant des pouvoirs politiques dans l'analyse et les recommandations qu'il fera concernant le dossier.

« On regarde les impacts économiques, sociaux et environnementaux. On va déterminer si le projet est dans l'intérêt canadien ou non », explique-t-elle.

La porte-parole a par ailleurs ajouté que la question des bélugas « faisait partie » de l'étude environnementale du projet.

L’organisme fédéral a le mandat de faire des recommandations au gouvernement quant à l'autorisation ou au rejet du projet de TransCanada. 

L'ONE organise cette série de rencontres au Québec et dans les Maritimes dans l'optique d'expliquer son rôle dans l'étude du projet de la compagnie albertaine.

Des citoyens satisfaits, d'autres appréhensifs

À la sortie de la rencontre, les gens interrogés se sont dits satisfaits des informations recueillies auprès de l'Office. Certains doutent toutefois de la capacité qu'a l'ONE de réellement influencer le débat sur la question.

« Les pouvoirs de l'Office sont trop limités [...] Tu ne peux pas déborder. Par exemple, si je parle des changements climatiques, je suis hors d'ordre  », a conclu un citoyen au terme de la réunion.

« Je trouve que ça faisait changement de l'information qu'on avait dans les médias », a souligné une citoyenne.

« Ce qui m'inquiète, c'est que le gouvernement a le droit de veto sur les recommandations. La recommandation qu'ils vont faire, le gouvernement peut leur dire : "allez chez le diable, on l'approuve pareil" », craint un autre participant.

Le projet définitif de TransCanada devrait être déposé cet été. L'ONE a 15 mois à partir du dépôt du projet pour formuler une recommandation favorable ou défavorable à Ottawa.

La construction d’un terminal pétrolier, d’une jetée et d’un tronçon d’oléoduc à Cacouna fait partie des plans de l’entreprise albertaine. Mais pour aller de l'avant, celle-ci doit avant tout obtenir le feu vert d’Ottawa.

TransCanada a déjà effectué des levés sismiques dans le secteur de Gros-Cacouna.

L’entreprise a aussi eu l’autorisation de procéder à des forages, qui doivent débuter mercredi prochain

Dans les régions et un peu partout au Québec, Énergie Est divise les voix. Plusieurs d'entre elles se sont élevées contre l’oléoduc de TransCanada. Entre autres, des opposants marchent actuellement et souhaitent parcourir 700 kilomètres de Cacouna à Kanesatake, près de Montréal, pour dénoncer le projet d’oléoduc Énergie Est et celui d’inversion de la ligne 9B d’Enbridge. 

Quatre autres rencontres avec les citoyens devraient avoir lieu au Québec et en Ontario d'ici le 5 juin.

Est du Québec

Environnement