•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand il est plus facile de joindre le chef pompier que le service d'urgence en cas de feu

La caserne des pompiers de Dawson City.

La caserne des pompiers de Dawson City au Yukon.

Photo : Philippe Morin/CBC

Radio-Canada

Faute d'accès au service d'urgence 911 et parce qu'ils ne connaissaient pas le numéro des pompiers, des résidents de Dawson City au Yukon se sont relayé une alerte au feu et ont finalement communiqué directement avec le chef pompier Jim Regimbal sur son téléphone personnel mardi soir.

Le chef pompier de Dawson City, qui demande depuis longtemps l'adoption du numéro d'urgence 911 pour tout le Yukon, croit que l'incident de mardi soir n'est qu'un exemple de plus qui illustre la nécessité de ce service.

Jim Regimbal explique que la personne qui a aperçu un feu près du dépotoir ne se souvenait pas du numéro pour communiquer avec les pompiers. L'homme a donc téléphoné à un ami qui ignorait également le numéro. Ce dernier a donc communiqué directement avec le chef pompier. « Mon téléphone personnel a sonné et c'était un homme qui m'indiquait qu'il y avait un feu au dépotoir », explique Jim Regimbal.

Il a ajouté que le feu se propageait vers des citernes de propane quand les pompiers sont arrivés sur les lieux. Le chef pompier note que ses hommes ont réussi à contrôler le brasier malgré le vent et le temps perdu parce qu'ils n'avaient pas reçu l'appel directement.

La semaine dernière, les voisins d'une résidence en feu ont été surpris de ne pas pouvoir communiquer avec les pompiers en utilisant le 911. C'est un passant qui est venu en aide à un homme qui se trouvait toujours à l'intérieur de la demeure qui a été détruite.

Colombie-Britannique et Yukon