•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-premier ministre israélien Ehoud Olmert écope de six ans de prison

Ehud Olmert

Ehud Olmert

Photo : Reuters/Finbarr O'Reilly

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien premier ministre israélien Ehoud Olmert a été condamné mardi à six ans de prison pour corruption passive dans le cadre d'un projet immobilier lorsqu'il était maire de Jérusalem.

Jamais un ancien chef de gouvernement n'avait été condamné à une peine de prison en Israël.

Ehoud Olmert, 68 ans, dément toute malversation.

Ses avocats devraient demander au tribunal de Tel-Aviv qui a prononcé cette peine de prison de différer son incarcération dans l'attente de l'examen par la Cour suprême de l'appel interjeté contre le verdict de culpabilité rendu le 31 mars. Cette procédure pourrait prendre plusieurs mois.

En 2012, Ehoud Olmert avait été acquitté dans d'autres affaires touchant à ses relations avec un homme d'affaires américain, ce qui avait pu lui laisser espérer un retour en politique après avoir été contraint à la démission en 2008.

L'affaire qui lui vaut sa condamnation à la prison concerne le contrat du complexe immobilier « Holyland » à Jérusalem.

Il a été jugé coupable de deux chefs d'accusations de corruption pour, selon la justice, avoir accepté 500 000 shekels (157 600 $) de la part des promoteurs du projet Holyland et 60 000 shekels (18 900 $) dans le cadre d'un autre projet immobilier.

Ancien dirigeant du bloc conservateur Likoud avant de suivre Ariel Sharon lors de la création par ce dernier de la formation centriste Kadima, Ehoud Olmert a été maire de Jérusalem de 1993 à 2003 puis premier ministre de 2006 à 2009. Il est resté au pouvoir à titre intérimaire après sa démission, jusqu'aux élections législatives qui ont porté au pouvoir l'actuel chef du gouvernement Benyamin Nétanyahou.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !