•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Iraniennes enlèvent leur voile sur Facebook

Une photo qui aurait été prise en Iran, d'une jeune femme qui enlève son voile pour dénoncer le code vestimentaire islamique de son pays.

Une photo qui aurait été prise en Iran, d'une jeune femme qui enlève son voile pour dénoncer le code vestimentaire islamique de son pays.

Photo : Facebook

Une page Facebook dans laquelle des Iraniennes défient ouvertement les lois de la République islamique en s'affichant en public sans le voile connaît un vif succès.

Un texte de Bahador ZabihiyanTwitterCourriel

« Mesdames, veuillez respecter le port du voile islamique », indique une grande affiche près de laquelle une jeune Iranienne pose, alors qu'elle a délibérément enlevé son voile.

Une Iranienne s'affiche sans voile à côté d'une affiche rappelant que le voile est obligatoire en Iran.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une Iranienne s'affiche sans voile à côté d'une affiche rappelant que le voile est obligatoire en Iran.

Photo : Facebook

Le geste est provocateur dans un pays où les femmes doivent se couvrir les cheveux sous peine de poursuites, mais la jeune femme n'a pas l'air inquiète. En fait, elle souhaite par son geste dénoncer le port du voile, d'après la page Facebook qui a mis en ligne la photo.

« Est-ce que les autorités se sont déjà demandé pourquoi les femmes se tiennent debout devant une pancarte au sujet du voile, et au lieu de la respecter, elles enlèvent leur foulard? » lit-on dans le texte de légende de la photo, que la page Facebook attribue à la jeune femme qui apparaît dans la photo.

Le port du voile est obligatoire depuis la révolution islamique en 1979, et si certaines femmes le portent par choix, d'autres y sont forcées. Celles-ci utilisent ainsi la page Facebook intitulée « Libertés furtives des femmes iraniennes » pour montrer leur mécontentement.

Lancée le 3 mai, elle connaît un certain succès avec plus de 125 000 personnes qui ont « aimé » la page et des dizaines d'Iraniennes qui ont envoyé leurs photos. La plupart des internautes qui aiment la page habitent à Téhéran, mais la créatrice de celle-ci, Masih Alinejad, est une journaliste iranienne habitant au Royaume-Uni.

« Voici une photo de mon mari et moi et un petit geste furtif de liberté que nous avons effectué », indique la légende d'une photo sur laquelle une jeune femme sans voile enlace son conjoint.

« Nous avons fait ça en présence de quelques agents qui avaient bon cœur et qui sont passés à côté de nous avec le sourire », explique la jeune femme. Elle souhaite que les policiers passent plus de temps à rendre les rues sécuritaires plutôt qu'à « punir » les Iraniennes à cause des vêtements qu'elles portent.

Une jeune femme et son mari en Iran. Celle-ci n'est pas voilée car elle souhaite dénoncer le code vestimentaire islamique.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une jeune femme et son mari en Iran. Celle-ci n'est pas voilée car elle souhaite dénoncer le code vestimentaire islamique.

Photo : Facebook

« Je ne me livre pas à des activités subversives, je ne suis pas une personne dangereuse, ni une pute qui est nécessairement contre le système. Pouvez-vous comprendre ceci? » dit la légende d'une photo sur laquelle une jeune femme exhibe sa longue chevelure brune.

« Monsieur le policier! Si tu es si bien intentionné, essaye ça sur toi-même. Couvre-toi la tête et tiens-toi sous le soleil pendant deux heures », dit la jeune femme, selon la légende du texte publié sur la page Facebook.

Des Iraniennes défient les autorités en enlevant leurs voiles, au bord de la mer CaspienneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des iraniennes défient les autorités en enlevant leurs voiles, au bord de la mer Caspienne

Photo : Facebook

« Le Tiers-Monde, c'est où le plus grand rêve d'une petite fille, c'est de sentir la sensation du vent dans sa chevelure », peut-on lire dans la légende d'une photo où trois Iraniennes posent sans le voile, au bord de la mer Caspienne.

D'autres poussent la provocation un peu plus loin, en dénonçant les slogans religieux que l'on voit dans les rues des villes iraniennes. « Ma sœur, le hidjab, c'est ton billet d'entrée pour le paradis », lit-on sur une immense fresque, sur laquelle s'appuie une jeune iranienne, avec le voile sur les épaules.

Une jeune femme sans voile s'affiche à côté d'une fresque assurant que porter le voile mène vers le paradis, en Iran.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une jeune femme sans voile s'affiche à côté d'une fresque assurant que porter le voile mène vers le paradis, en Iran.

Photo : Facebook

Quelques jours après la mise en ligne de la page Facebook, l'agence de presse Fars, connue pour être proche des gardiens de la révolution, s'en est prise à Masih Alinejad, rapporte Le Monde. La journaliste a été qualifiée d'« antirévolutionnaire » qui souhaite abolir le hidjab.

Le 7 mai, un groupe de miliciens proche des milieux conservateurs s'est aussi réuni à Téhéran pour demander aux autorités d'appliquer plus sévèrement les règles entourant le code vestimentaire. Ils étaient environ 4000, selon l'agence de presse officielle IRNA.

Le rassemblement a toutefois été vivement dénoncé par le gouverneur de Téhéran, Hossein Hashemi, car les manifestants n'avaient pas obtenu les autorisations nécessaires afin de manifester.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International