•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La province demande à la cour de rejeter une poursuite du CSDCCS

Plusieurs salles de classe de l'Académie Mère-Teresa d'Hamilton n'ont pas de fenêtre.
Plusieurs salles de classe de l'Académie Mère-Teresa d'Hamilton n'ont pas de fenêtre. Photo: Katherine Brulotte

Le ministère de l'Éducation demande à la cour de rejeter une poursuite entamée par des francophones pour obtenir une nouvelle école à Hamilton.

En novembre dernier, le Conseil scolaire catholique de district Centre-Sud et une mère de famille avaient annoncé avoir lancé une poursuite, mais dans sa réponse officielle, le gouvernement rejette leurs principaux arguments.

Josée Berniquez trouve que l'école de ses enfants est tellement désuète qu'elle a décidé d'affronter la province devant les tribunaux.

« Ça fait vraiment pitié, comparé aux autres écoles, les écoles anglaises surtout », dit-elle.

Dans sa requête déposée avec le Conseil scolaire catholique de district Centre-Sud, elle fait valoir que l'Académie Mère-Teresa est inadéquate parce qu'elle est trop petite et en mauvais état.

Le ministère de l'Éducation répond que l'édifice construit dans les années 1970 est en meilleur état que la moyenne des écoles de la province.

Il ajoute que l'établissement pourrait encore accueillir 100 élèves supplémentaires.

Le gouvernement reconnaît que la cours de récréation et la cafétéria sont petites, mais ajoute que cela ne justifie pas la construction d'une nouvelle école.

Le projet était en haut de la liste de priorités du conseil scolaire. La province affirme qu'elle ne l'a pas financé parce qu'elle jugeait que le conseil avait d'autres besoins plus urgents.

Une explication qui fait réagir la présidente du conseil, Nathalie Dufour-Séguin. « Le ministère a admis que c'est lui qui décide à la fin c'est quoi les priorités pour nous. C'est ce qui nous a virés un petit peut à l'envers », soutient-elle.

Le ministère de l'Éducation refuse pour sa part de commenter puisque l'affaire est devant les tribunaux.

Avec le reportage d'Annie Poulin.

Ontario

Société