•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment revaloriser les feuillus boréaux?

Marc Giguère, Agent de recherche et de développement Centre de recherche industrielle du Québec

Marc Giguère, Agent de recherche et de développement Centre de recherche industrielle du Québec

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il faudrait plusieurs dizaines de millions de dollars pour mieux valoriser le peuplier et le bouleau de la forêt boréale.

La question est au centre du Premier Rendez-vous des ressources forestières qui se déroule à La Sarre.

Les acteurs forestiers se penchent surtout sur la nécessité et les conditions de la transformation des feuillus boréaux jusqu'ici peu exploités.

L'agent de recherche au Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ), Marc Giguère, est venu présenter au parterre d'acteurs forestiers 10 possibilités pour valoriser les feuillus boréaux que sont le peuplier et le bouleau.

« Ça va des produits de base aux produits d'ingénierie et des produits chimiques. On n'a pas le choix il faut sortir des sentiers battus », plaide-t-il. M. Giguère cite le sciage de feuillus boréaux comme avenue possible pour la région.

Sortir des sentiers battus, c'est aussi ce que pense la directrice de l'Association forestière de l'Abitibi-Témiscamingue, Isabelle Bouliane.

Car selon le Forestier en chef du Québec, environ un million de mètres cubes de feuillus sont récoltables. Et il n'y a pas encore de preneurs, constate Mme Bouliane. « Je pense que, économiquement parlant, pour la région, ce serait extrêmement positif d'avoir une nouvelle usine, une nouvelle entreprise qui ferait un produit de niche en lien avec le bois feuillu de la région », pense-t-elle.

Mais il faut au moins 3 ans pour installer une usine, estime le CRIQ qui prévoit dans ses études la création de 3 usines au Québec.

D'autres conditions sont nécessaires comme l'identification d'un marché et d'un promoteur puis une concertation régionale. Le président de la Conférence régionale des élus, Jean-Maurice Matte explique qu'une Table est déjà au travail depuis l'automne. « Définitivement, il y a lieu d'améliorer la composition de cette table-là, de travailler sur des projets concrets et d'arriver avec des réalisations », dit-il.

Des réalisations qui nécessitent surtout plusieurs dizaines de millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !