•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cyclistes montréalais pourront emprunter les trottoirs sous certains viaducs

Les explications de Karine Bastien
Radio-Canada

La Ville de Montréal permettra aux cyclistes de circuler sur les trottoirs sous les principaux viaducs dans les arrondissements du Plateau-Mont-Royal et de Rosemont-La Petite-Patrie.

Il s'agit de la principale mesure faisant partie du « plan d'action » de la Ville, dévoilé jeudi, pour améliorer la sécurité des cyclistes à la suite de la mort d'une femme de 33 ans la semaine dernière sous un viaduc.

Les actions de la Ville concernent en priorité les viaducs Saint-Denis, Papineau, De Lorimier et Saint-Joseph/D'Iberville. D'ici la fin mai, les usagers de la route et des trottoirs dans ces zones devront s'adapter aux changements suivants :

  • les piétons et les cyclistes devront partager les trottoirs;
  • la Ville installera une signalisation spécifique et uniforme - panneau et marquage au sol - invitant les piétons et cyclistes à partager le trottoir;
  • la circulation des camions dans la voie de droite sera interdite;
  • des afficheurs de vitesse seront installés, et la limite de vitesse abaissée, si requis.

De plus, la signalisation pour les usagers de la route aux abords des viaducs à Montréal sera modifiée progressivement d'ici l'été.

La semaine dernière, la Ville a installé une nouvelle signalisation aux abords du viaduc Saint-Denis, où s'est produit le tragique accident.

En mai et en juin, la Ville identifiera les viaducs nécessitant les mêmes mesures dans le reste de la métropole.

En parallèle, l'administration du maire Coderre tentera de s'entendre avec le Canadien Pacifique (CP) pour aménager six passages à niveau pour piétons et cyclistes le long du chemin de fer. Des citoyens demandent depuis une vingtaine d'années des passages à niveau pour éviter d'avoir à emprunter des viaducs, jugés dangereux. Mais le CP s'y est toujours refusé.

Montréal se penchera au cours des prochains mois sur d'autres mesures « permanentes » visant à rendre plus sécuritaires les transports actifs sous les passages inférieurs, peut-on lire dans un communiqué. La Ville prévoit déposer un plan complet d'intervention l'an prochain.

Des mesures plutôt bien accueillies

L'organisme Vélo Québec s'est réjoui des changements proposés. « Il y a urgence d'agir depuis déjà trop longtemps sur cette question et les mesures annoncées aujourd'hui vont améliorer grandement la sécurité des cyclistes dans les tunnels », affirme la PDG, Suzanne Lareau, dans un communiqué.

En entrevue, elle reconnaît toutefois que de plus en plus de piétons croiseront des cyclistes ou les verront surgir derrière eux sur les trottoirs.

« C'est au cycliste de ralentir sa vitesse quand il emprunte un trottoir qu'il partage avec les piétons. Ça, c'est clair. Il devrait rouler à peu près à la vitesse que marche un piéton, 5-8 km/h », affirme Mme Lareau.

La conseillère de Projet Montréal Marianne Giguère est également satisfaite des mesures annoncées, et encourage la Ville à aller plus loin.

« Il y a beaucoup de travail à faire, pas seulement sous les viaducs, mais sur l'ensemble du réseau cyclable pour qu'il soit sécuritaire, pour que ce soit un environnement favorable qui attire les cyclistes. On sait que plus il y en aura, plus ce sera sécuritaire », dit-elle.

Toutefois, l'Association du camionnage du Québec (ACQ) déplore qu'elle n'ait pas été consultée dans le processus et doute de l'efficacité des mesures.

« Un camion qui va se présenter devant une structure, qui devra rapidement s'engager dans la voie de gauche causera peut-être d'autres problématiques à la circulation, alors qu'on avait déjà protégé le cycliste via le trottoir. Je me demande donc si la réflexion a été bien faite », dit le PDG de l'ACQ, Marc Cadieux.

Une rencontre est toutefois prévue entre l'ACQ et la Ville pour discuter de la situation.

De son côté, le gouvernement du Québec a déjà promis de moderniser le Code de sécurité routière dans « l'intérêt de tous les usagers de la route », à la suite de l'accident.

Mathilde Blais est décédée le 28 avril. L'accident mortel s'est produit lorsqu'un semi-remorque a fauché la cycliste sous le viaduc de la rue Saint-Denis.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine

Société