•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des lampions pour le Canadien

Radio-Canada

Bien des Québécois allument des lampions pour les Canadiens de Montréal ces jours-ci.

Depuis trois semaines, plus de 650 lampions virtuels ont été allumés sur « La flamme des séries », un site de l'Église catholique à Montréal, qui mène actuellement une campagne de financement. Chaque lampion coûte 1 dollar.

Un clin d'oeil à l'actualité, dit l'Église catholique à Montréal et un bon coup publicitaire, selon Pierre Montreuil, coordonnateur des communications et de la publicité au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap à Trois-Rivières, qui permet aussi aux fidèles d'acheter des lampions en ligne.

De coller ce lancement de campagne de financement au début, à l'ouverture des séries éliminatoires, c'était fantastique.

PIerre Montreuil, coordonnateur des communications et de la publicité au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap

Cette initiative ne fait toutefois pas l'unanimité. 

Oliver Bauer, professeur à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Montréal et coauteur du livre « La religion du Canadien de Montréal », y voit une entreprise mercantile.

Dans beaucoup d'églises catholiques, il y a des gens qui sont un peu désespérés et qui allument un lampion pour accompagner leur prière. Est-ce que ça veut dire que ces lampions-là doivent être pris au sérieux, mais ceux pour le Canadien ne doivent pas l'être?

Olivier Bauer, professeur à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Montréal

Des prêtres fans du Canadien

Le Canadien de Montréal compte aussi des religieux parmi ses partisans. Le prêtre trifluvien Simon-Pierre Iyananio, un congolais d'origine qui vit au Québec depuis cinq ans, est un mordu de hockey. C'est un collègue curé qui lui a transmis sa passion de ce sport national.

Les moments sportifs sont des moments de communion. La religion sert à unir les gens [...], mais le sport nous unit aussi.

Simon-Pierre Iyananio, prêtre, Diocèse de Trois-Rivières

Tous ces comportements un peu superstitieux pour s'attirer les bonnes grâces de la force supérieure qu'on aimerait voir à l'oeuvre dans la partie, évidemment, ça prend des aspects très religieux.

Sports