•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un gars, une fille : la série la plus vendue au monde

L'émission « Un gars, une fille » a été adaptée dans de nombreux pays.
L'émission « Un gars, une fille » a été adaptée dans de nombreux pays. Photo: Montage Avanti Cine Video
Radio-Canada

Dix-sept ans après sa naissance au Québec, l'émission Un gars, une fille demeure l'émission télévisée de fiction la plus adaptée dans le monde, selon la firme suisse WIT, qui analyse les tendances audiovisuelles et vient de publier son rapport annuel.

Le concept imaginé par Guy A. Lepage et le mettant en vedette avec sa complice Sylvie Léonard devance ainsi Caméra café, Betty la fea (qui a notamment donné naissance à Ugly Betty), As the bell rings et Betipul (version originale de In treatment et de En thérapie). 

La série a été diffusée au Québec pour la première fois le 1er mai 1997. En 1998, la Belgique devenait le premier pays à l'adapter. La France lui a emboîté le pas en 1999, avec Jean Dujardin et Alexandra Lamy dans les rôles principaux.

« Un gars, une fille » a récement été adapté pour le marché des Émirats arabes unis.« Un gars, une fille » a récement été adapté pour le marché des Émirats arabes unis. Photo : Montage Avanti Cine Video

À ce jour, 26 pays ont créé leur propre couple Un gars, une fille, notamment l'Espagne, les Pays-Bas, la Hongrie, l'Italie et la Russie. Les deux dernières adaptations sont celles d'Abou Dabi et de la République tchèque. Des options ont également été signées au Brésil, en Corée du Sud, en Afrique et en Serbie.

Guy A. Lepage a fait part de son enthousiasme mardi sur Twitter :

Dans le rapport de recherche rendu public par WIT, on apprend aussi que le Royaume-Uni, grâce à la BBC, est la championne de l'exportation d'émissions télévisées, devant les États-Unis, qui sont aussi le plus gros acheteur.

Israël, le pays d'origine de Betipul (version originale de In treatment et En thérapie) et des Prisonniers (série qui a inspiré la série américaine Homeland), a fait une entrée fracassante sur le marché.

Du côté des productions hispanophones, l'Argentine est le plus gros exportateur de télénovelas, mais c'est l'Espagne qui se place au premier rang pour les comédies.

Enfin, si le succès se mesure au retentissement sur les réseaux sociaux, alors miser sur les séries pour ados est une valeur sûre : la série turque pour ados Medceziz se place ainsi devant de gros succès comme Homeland et House of cards

Humour

Arts