•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Salman Rushdie, Toni Morrison et Pussy Riot ensemble pour la liberté d'expression

Maria Alyokhina et Nadya Tolokonnikova de Pussy Riot, à New York en mai 2014, lors du gala du Centre du PEN américain.

Maria Alyokhina et Nadya Tolokonnikova de Pussy Riot, à New York en mai 2014, lors du gala du Centre du PEN américain.

Photo : Aslan Habib Chalom/PEN AMerican Center

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Salman Rushdie, Toni Morrison et deux membres du groupe protestataire russe Pussy Riot ont participé à un gala célébrant la liberté d'expression.

L'événement, organisé par le Centre américain du PEN, un organisme qui défend la liberté d'expression et les droits des écrivains, a eu lieu lundi soir au Musée d'histoire naturelle de New York, aux États-Unis. 

Des participants au gala annuel du Centre du PEN américain à New York en mai 2014, incluant Maria Alyokhina de Pussy Riot et l'écrivain Salman Rushdie, réclament la libération de l'intellectuel chinois emprisonné Ilham Tohti.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des participants au gala annuel du Centre du PEN américain à New York en mai 2014, incluant Maria Alyokhina de Pussy Riot et l'écrivain Salman Rushdie, réclament la libération de l'intellectuel chinois emprisonné Ilham Tohti.

Photo : Aslan Habib Chalom/PEN American Center

Salman Rushdie a été condamné à mort par une fatwa en 1989 à la suite de la publication de ses Versets sataniques et s'est vu contraint pendant plusieurs années à vivre dans la clandestinité, sous protection armée.

Toni Morrison / © Alfred A. Knopf PCAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Toni Morrison / © Alfred A. Knopf PC

Photo : La Presse canadienne / Alfred A. Knopf

L'écrivaine Toni Morrison est la première femme noire à avoir reçu le prix Nobel de littérature, en 1993. C'est elle qui a remis à Salman Rushdie le prix de la Fondation Allen, pour souligner son courage.

Le dirigeant de Twitter, Dick Costolo, a reçu quant à lui le tout premier prix Digital freedom du PEN pour souligner le fait que Twitter est un « outil puissant » pour la liberté d'expression dans le monde.

L'intellectuel dissident chinois Ilham Tohti à Pékin, en 2010.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'intellectuel dissident chinois Ilham Tohti à Pékin, en 2010.

Photo : FREDERIC J. BROWN/AFP/Getty Images

Enfin, la fille du dissident chinois emprisonné Ilham Tohti a reçu au nom de son père le prix Freedom to write.

Maria Alyokhina et Nadya Tolokonnikova, de Pussy Riot, ont prononcé une brève allocution et invité le public présent à envoyer des livres aux prisonniers politiques.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !