•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Golfe du Saint-Laurent : manque de données scientifiques, selon l'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador

Le golfe du Saint-Laurent

Le golfe du Saint-Laurent

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le rapport de mise à jour de l'Évaluation environnementale stratégique (EES), pilotée par l'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador, fait état d'un manque de données scientifiques entourant le golfe du Saint-Laurent.

Dans la conclusion du rapport, l'Office note « plusieurs lacunes en matière de données, certaines concernant l'ensemble de la zone visée par la mise à jour de l'EES et d'autres des secteurs restreints de la zone ».

L'Office a pour mandat de gérer les ressources pétrolières dans la zone extracôtière de Terre-Neuve-et-Labrador.

À ce titre, il effectue des EES sur des sections de cette zone « pour lesquelles des permis de prospection pourraient être attribués ».

Dans cette mise à jour, dont le processus s'est amorcé en 2011, l'agence brosse un portrait du contexte environnemental de la zone extracôtière en identifiant, entre autres, « tout problème environnemental potentiel important qui pourrait être associé à toute activité de prospection ou de production pétrolière ou gazière future dans la région ».

Pour remédier à ces lacunes, l'Office propose de travailler en concertation avec les organismes consultatifs gouvernementaux et les parties prenantes concernées pour cibler les priorités de la recherche scientifique.

Par ailleurs, il suggère de s'en remettre aux exploitants qui pourraient « recueillir des données dans le cadre de leur programme, soit de façon opportuniste durant le déroulement de leurs opérations, soit avant d'entreprendre leurs activités ».

Mesures d'atténuation additionnelles

La mise à jour du rapport ajoute quelques mesures d'atténuation « exceptionnelles » qui pourraient être appliquées aux projets pétroliers.

« Les périodes de relevés sismiques pourraient être restreintes pour éviter les zones et les périodes de pointe de frai ou d'alevinage des poissons », peut-on lire, entre autres, dans le document.

Déception pour la Coalition Saint-Laurent

Pour la Coalition Saint-Laurent, qui réclame un moratoire sur l'exploitation du pétrole dans le golfe, les conclusions du rapport sont « plutôt décevantes », même s'il trace un portrait « exhaustif » de cette partie du golfe.

« On minimise l'absence d'acceptabilité sociale autour du golfe », estime Sylvain Archambault, de la Coalition.

« On ne propose pas l'interdiction d'activités pétrolières dans les zones les plus sensibles, ni même de mesures d'atténuation particulièrement sévères », ajoute-t-il.

Consultations publiques

À l'automne 2012, l'Office a mené des consultations publiques dans plusieurs villes, dont Havre-Saint-Pierre, Blanc-Sablon, Gaspé, et Cap-aux-Meules, dans le but d'enrichir la mise à jour. 

Le rapport fait état de certaines inquiétudes exprimées par les citoyens, parmi lesquelles figure, selon l'Office, le recours à la fracturation hydraulique.

En novembre dernier, le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador a imposé un moratoire sur la fracturation hydraulique, le temps d'effectuer les travaux techniques nécessaires pour évaluer pleinement l'impact géologique d'un tel procédé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec