•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'érosion des berges préoccupe à Trois-Rivières

Glissement de terrain

Un glissement de terrain est survenu juste en arrière de cette résidence de Trois-Rivières

Photo : Marie-Ève Cousineau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Trois-Rivières s'inquiète de l'érosion des berges aux abords de la rivière Saint-Maurice. Elle compte d'ailleurs mettre en oeuvre, dès cet été, des mesures d'atténuation pour contrer ce phénomène à l'île Saint-Quentin.

Une firme d'experts, qui étudie l'érosion des berges de l'île Saint-Quentin depuis deux ans, a récemment remis un rapport à la Ville.  

« Il y a quelques recommandations. Alors, il faut prendre le temps d'analyser tout ça. »

— Une citation de  Yvan Toutant, Ville de Trois-Rivières

Beaucoup d'érosion à Trois-Rivières

Des propriétaires de résidences, au bord de l'eau, doivent aussi composer avec ce problème.

Depuis dix ans, Monique Morand et son conjoint n'ont cessé de voir leur terrain rétrécir. Les berges se sont érodées à un point tel qu'il a fallu reculer la clôture à deux reprises.

« On a perdu une bonne partie de notre terrain. [...] Dans le centre du terrain, on a perdu 25-30 pieds de profondeur. »

— Une citation de  Monique Morand, propriétaire d'une résidence

Le couple a dû investir des dizaines de milliers de dollars pour contrer le phénomène. Des travaux de drainage ont notamment été menés. De la végétation a aussi été plantée. 

Bassin versant Saint-Maurice s'est chargé de l'opération. Chaque année, l'organisme revégétalise une cinquantaine de sites érodés. De plus en plus de gens font appel à ses services. Il faut dire que dans la région de Trois-Rivières, les sols comportent des dépôts de sable et d'argile superposés, ce qui favorise l'érosion.

« Entre le barrage de La Gabelle et l'embouchure du Saint-Maurice, près de 20 % de la rive est en érosion active, ce qui est assez considérable. »

— Une citation de  Mathieu Gingras, directeur général de Bassin versant Saint-Maurice

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !