•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ accepte la démission de son directeur général

Sylvain Tanguay
Sylvain Tanguay Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le Parti québécois a accepté la démission de son directeur général, Sylvain Tanguay. Dans un bref communiqué envoyé dans nuit de vendredi à samedi, le comité exécutif national du PQ publie une résolution adoptée unanimement à cet effet.

Il y est cependant également inscrit que le comité « lui réitère sa confiance et lui demande d'assurer l'intérim jusqu'au 30 juin 2014 ».

Toujours dans le communiqué, le président de l'exécutif national, Raymond Archambault, salue le long engagement de M. Tanguay au sein du PQ et affirme que le comité a accepté sa démission « avec regret ».

Radio-Canada avait appris vendredi que le directeur général du Parti québécois allait remettre sa démission, ce qu'il a fait vendredi en soirée. Considéré comme l'un des stratèges dans l'équipe de Pauline Marois, Sylvain Tanguay quitte son poste à la veille d'une réunion au cours de laquelle les hautes instances du parti se pencheront sur la dernière campagne électorale.

Depuis la cuisante défaite du 7 avril, la direction du Parti québécois et la garde rapprochée de Pauline Marois ont été critiquées par plusieurs candidats et militants péquistes.

Selon nos informations, Sylvain Tanguay estime ne plus avoir la confiance nécessaire pour continuer dans ses fonctions.

Sylvain Tanguay est directeur général du PQ depuis mai 2009. Il avait également occupé ce poste en 2000-2001. Sa démission devrait être remise formellement vendredi soir, lors d'une rencontre du comité exécutif du Parti québécois. Il devrait être remplacé temporairement par le directeur général adjoint, Carl Pilote, jusqu'à ce que le prochain chef du Parti québécois soit choisi.

Le président du PQ prend ses distances de la campagne électorale

De son côté, le président du Parti québécois prend ses distances de la dernière campagne électorale. « Ceux qui ont peut-être souhaité mon départ, je pense que ce sont peut-être des gens qui ne comprennent pas bien le rôle de l'exécutif national et de son président dans une campagne électorale », a affirmé vendredi Raymond Archambault en entrevue à Pas de midi sans info, sur ICI Radio-Canada Première.

« L'exécutif national du Parti québécois doit voir à ce que le parti ait tout ce qu'il faut pour se lancer dans une campagne électorale, et c'est un travail que nous avons fait. Une fois que la campagne est déclenchée, ce n'est plus la responsabilité de l'exécutif national d'exécuter la campagne électorale. Ce sont des professionnels de la politique qui ont fait ça. C'est un comité de stratégie, et l'exécutif national n'est pas représenté dans le comité de stratégie », a ajouté M. Archambault.

À la veille de la réunion à huis clos à laquelle, il a convoqué les présidents de circonscriptions, samedi à Laval, le président du parti affirme qu'il « ne lance la pierre à personne », et qu'il est « très intéressé à savoir comment ça s'est passé dans les circonscriptions, qu'est-ce que les présidents ont noté » lors de la dernière campagne électorale, pour en tirer des leçons.

Raymond Archambault a par ailleurs réaffirmé vouloir demeurer en poste jusqu'au prochain congrès, qui devrait avoir lieu en 2016.

Geneviève Asselin s'est entretenue vendredi avec Louise Beaudoin et Jean-Pierre Charbonneau, ex-députés péquistes
Avec les informations de La Presse canadienne

Politique