•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bolduc veut mettre fin aux écoles juives illégales

Le ministre de l'Éducation du Québec, Yves Bolduc

Radio-Canada

Le nouveau ministre de l'Éducation du Québec promet de retirer les subventions aux écoles des communautés juives hassidiques qui ne respectent pas les programmes obligatoires d'enseignement. Il compte aussi intervenir pour fermer les écoles clandestines qui n'ont pas de permis ni de subventions.

Yves Bolduc entend ainsi agir là où ses prédécesseurs (Nouvelle fenêtre) ont failli ces dernières années afin de faire respecter la Loi sur l'instruction publique. Des centaines d'enfants fréquentent toujours des écoles exclusivement religieuses qui ne respectent pas les programmes obligatoires, une situation mise en lumière par Radio-Canada dès 2006 (Nouvelle fenêtre).

Dans un reportage diffusé mardi, un couple qui a quitté la communauté hassidique de Boisbriand et qui envoie maintenant ses enfants dans une école de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) dénonce l'inaction de Québec, qui permet à des dizaines d'établissements de contourner la loi.

Le ministre Bolduc dit vouloir faire le point très rapidement dans ce dossier avec les principaux intervenants.

« C'est un excellent reportage, et très troublant. La première préoccupation, ce sont ces élèves qui ne réussissent pas à avoir la scolarisation nécessaire et qui ne reçoivent pas l'enseignement qui est requis. J'ai demandé à avoir une réunion urgente sur ce qui se passe dans ce dossier, entre autres avec le ministère [de l'Éducation] et avec les autres partenaires, la Direction de la protection de la jeunesse et le ministère de la Justice », a -t-il dit en entrevue sur les ondes d'ICI Radio-Canada Télé.

L'objectif n'est pas de chercher des coupables, mais de régler la situation. On va trouver la méthode pour savoir où ça se produit, qui sont les enfants, et comment on peut faire pour corriger la situation.

Yves Bolduc, ministre de l'Éducation

À la question « Êtes-vous prêt à retirer les subventions rapidement aux écoles contrevenantes? », le ministre répond « absolument ».

« Et plus important que les subventions, il faut que la situation soit corrigée. Si c'est une école illégale, qui n'a pas de subventions, et que l'enfant ne reçoit pas les services, ça aussi, c'est grave, parce que ces gens-là ont le droit à ces services. »

« Vous avez vu, des gens sont sortis de la communauté justement parce que leurs enfants n'ont pas la scolarisation et qu'eux-mêmes ne l'ont pas reçue. Ce sont des gens qui deviennent dysfonctionnels. C'est un droit au Québec, il existe une loi, les gens ont l'obligation de respecter la loi », ajoute le ministre Bolduc, qui affirme vouloir poser des gestes « dans les prochaines semaines ».

Le directeur associé, affaires publiques, du Centre consultatif des relations juives et israéliennes - Québec, David Ouellette, a aussi souligné l'importance de respecter la Loi sur l'instruction publique.

« Personne ne leur interdit de transmettre leur savoir religieux, les études talmudiques, etc. mais ça doit être complémenté par un accès à la scolarisation générale qui permet aux élèves d'atteindre les connaissances minimales qu'ils sont en droit de recevoir en tant que Québécois », a-t-il déclaré. 

Politique