•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le futur gouvernement palestinien reconnaîtra Israël, assure Abbas

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Photo : AFP / ABBAS MOMANI

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a affirmé samedi que le prochain gouvernement de « consensus national » formé par l'OLP et le Hamas devra reconnaître l'État d'Israël et « rejeter la violence et le terrorisme ». Il soutient toutefois que les Palestiniens ne reconnaîtront jamais Israël comme un « État juif » malgré les demandes de Benyamin Nétanyahou, premier ministre israélien.

« Le prochain gouvernement obéira à ma politique » a aussi assuré M. Abbas. Le président palestinien a prononcé ces paroles devant la direction de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Ramallah en Cisjordanie.

Le Hamas a qualifié ce discours de « positif ». Le groupe islamiste palestinien soutient également les propos du président concernant la « réconciliation, la non-reconnaissance de l'État juif et l'échec des négociations ». Le Hamas, qui ne reconnaît pas le droit à l'existence d'Israël, a toutefois indiqué que sa position restait inchangée.

Bessem Naïm, un dirigeant du Hamas, s'est également réjoui de la déclaration de M. Abbas selon laquelle les négociations avec Israël ne seront pas menées par le nouveau gouvernement, mais bien par l'OLP. Il estime que cette organisation représente « l'ensemble des Palestiniens ». Le président a spécifié que le nouveau gouvernement sera responsable de ce qui se passe à l'intérieur des frontières de la Palestine.

Selon M. Naïm, le gouvernement a trois missions principales : « unifier les organisations palestiniennes, préparer des élections et reconstruire Gaza ».

Israël a réagi samedi au discours du président palestinien en disant que Mahmoud Abbas avait donné « le coup de grâce » au processus de paix, en recyclant « les mêmes conditions tout en sachant déjà qu'Israël ne les accepterait pas », indique un communiqué officiel.

Israël a décidé de cesser les négociations de paix à la suite de l'association entre l'OLP de Mahmoud Abbas et le Hamas mercredi. Cet accord entre les deux groupes mènera à la formation d'un nouveau gouvernement dans les cinq prochaines semaines. Des élections devraient aussi avoir lieu six mois plus tard.

Le Hamas est considéré comme un groupe terroriste par Israël, les États-Unis, l'Union européenne et plusieurs autres pays. 

Israël-Palestine, les racines d'un conflit. Consultez notre dossier.
Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !