•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réforme du Sénat : Brad Wall a d'autres priorités

Le résumé d'Andrée-Anne Côté St-Laurent
Radio-Canada

La décision de la Cour suprême du Canada de ne pas autoriser le gouvernement fédéral à réformer le Sénat unilatéralement a suscité des réactions vendredi en Saskatchewan.

Le premier ministre, Brad Wall, s'est déclaré déçu en affirmant que la province n'allait pas « passer beaucoup de temps là-dessus » et que les Saskatchewanais « avaient d'autres priorités ».

Le projet de loi C-17 déposé en juin 2011 par les conservateurs fédéraux proposait de limiter la durée du mandat d'un sénateur à neuf ans et d'instituer des élections sénatoriales dans les provinces.

Le porte-parole en matière de justice du Nouveau Parti démocratique (NPD), John Nilson, estime que la décision est une preuve que la Saskatchewan doit travailler avec les autres provinces pour abolir le Sénat.

Le NPD provincial et Brad Wall demandent depuis des mois pour que disparaisse la Chambre haute, en expliquant qu'il était plus simple de la voir disparaître que de modifier son fonctionnement.

« La décision de la Cour suprême rend évident le fait que les Canadiens sont immobilisés indéfiniment avec une Chambre haute qui n'est pas élue et n'a pas de comptes à rendre », a déploré M. Wall dans un communiqué.

Il affirme que la décision agit « au détriment de l'Ouest canadien ».

Les francophones ravis

Par contre, l'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) et la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) se réjouissent de la décision de la Cour suprême du Canada.

« Le Sénat est essentiel pour assurer aux minorités linguistiques une voix dans les institutions parlementaires fédérales », a déclaré dans un communiqué la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

Le député libéral fédéral de Wascana, Ralph Goodale, estime quant à lui que la décision de la Cour suprême n'est pas une surprise et que la procédure a fait perdre beaucoup de temps.

Il faut donc, dit-il, mettre en œuvre une réforme qui respecte la constitution et les droits des minorités linguistiques.

Saskatchewan

Politique