•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réforme du Sénat : la décision ravit les Franco-Manitobains

Photo : Chris Wattie / Reuters

Radio-Canada

La décision de la Cour suprême rendue vendredi sur la réforme du Sénat réjouit la Société franco-manitobaine, qui compte sur une représentation dans la chambre haute pour défendre les intérêts des francophones de la province.

Dans une décision unanime des juges, le plus haut tribunal du pays conclut que le gouvernement fédéral ne peut agir unilatéralement pour réformer le Sénat.

Le jugement ravit la Société franco-manitobaine (SFM), qui s'est toujours opposé à l'abolition du Sénat.

« Notre position a toujours été la même. Nous sommes contre l'abolition du Sénat parce que cette institution nous donne une voix importante à Ottawa », explique son président, Daniel Boucher.

Il ajoute que les Manitobains comme la sénatrice Maria Chaput représentent bien les intérêts des francophones à Ottawa, par leurs contacts, leur poids politique et leur rôle.

La décision de la Cour Suprême est une victoire.

Daniel Boucher, président de la SFM

La Société franco-manitobaine ne ferme toutefois pas la porte à une réforme du Sénat, mais exige que toutes les provinces et toutes les communautés soient consultées avant d'aller de l'avant.

La Province « satisfaite »

Le ministre de la Justice du Manitoba affirme que le gouvernement néo-démocrate est satisfait de la décision de la Cour suprême, pour le pouvoir qu'elle reconnaît aux provinces.

Andrew Swan croit toutefois que le gouvernement fédéral devrait carrément abolir le Sénat.

Le gouvernement du Manitoba a plusieurs fois déclaré être pour l'abolition de la Chambre haute.

Le ministre de la Justice du Manitoba, Andrew Swan.

Photo : Radio-Canada

Andrew Swan croit que de plus en plus de Canadiens souhaitent l'abolition du Sénat et pense que le gouvernement fédéral devrait être à l'écoute de la population.

Il pense que les 92 millions de dollars que coûte annuellement le Sénat pourraient être mieux dépensés ailleurs.

Le ministre ajoute que deux des six sièges réservés au Manitoba sont vacants et que personne ne l'a remarqué.

Manitoba

Politique