•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TransCanada entame son examen des fonds marins

Le reportage d'Andrée-Ann Déry
Radio-Canada

Les levés sismiques se sont bel et bien amorcés vendredi dans le secteur de Gros-Cacouna. L'entreprise TransCanada, qui souhaite mettre en place un port pétrolier dans la municipalité,  affirme que Pêches et Océans Canada lui a donné le feu vert pour procéder à des forages au mois d’avril.

« On a commencé ce matin, car les conditions météorologiques étaient favorables. C'est la première journée qu'on fait des travaux », a dit Philippe Cannon, porte-parole de TransCanada.

Les travaux de forage, qui serviront à caractériser les fonds marins où TransCanada souhaite construire son port pétrolier, commenceront plus tard.

« On a un certain nombre de documents qui nous disent qu'on doit prendre une série de mesures, dont une zone d'exclusion de 300 mètres dans laquelle, si un béluga s'approche, les travaux de carottage [forage] doivent être arrêter, a expliqué le porte-parole. Je n'ai pas de date officielle [pour le début d'une série de forages]. On ne commencera pas ça demain matin, nous sommes en train de faire des travaux géophysique pour lesquelles on a obtenu les permis. »

En début de journée, Robert Michaud, le directeur scientifique et président du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM), a confirmé avoir rencontré le vice-président du projet d'Oléoduc Énergie Est de TransCanada, John Van der Put, plus tôt cette semaine. 

D'après Robert Michaud, le vice-président voulait obtenir des informations scientifiques en vue d'effectuer une série de forages pour vérifier les résultats des levés sismiques qui ont lieu dans le secteur.

Demande d’annulation des travaux

Robert Michaud et deux autres scientifiques spécialisés dans l’étude des bélugas Pierre Béland et Stéphane Lair ont demandé, jeudi dans une lettre adressée à TransCanada et Pêches et Océans Canada, l’annulation des activités géophysiques et géotechniques qui consistent à l'examen des fonds marins.

« Une demande pour le permis d’autorisation pour ces travaux a été déposée à Pêches et Océans Canada il y a déjà plusieurs semaines. Ils auront des effets [les travaux] et ces effets seront cumulatifs. À moins qu’on en examine les effets cumulatifs, on ne peut pas, de façon responsable, évaluer l’acceptabilité d’un tel projet sur une espèce en voie de disparition [les bélugas] », a spécifié Robert Michaud, vendredi. 

Le groupe croit que les travaux devraient être examinés dans leur ensemble.

De son côté, Philippe Cannon de TransCanada a rappelé que l'entreprise souhaite respecter les mesures qui seront imposées pour protéger les bélugas.

Manifestations prévues

La grogne monte dans la région. Une manifestation « contre les travaux de TransCanada dans l’habitat essentiel des bélugas du Saint-Laurent » est prévue, dimanche, à Cacouna.

Plusieurs organismes régionaux et environnementaux devraient être sur place, dont Nature Québec, Greenpeace et la Fondation David Suzuki.

Est du Québec

Environnement