•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réforme du Sénat : réactions positives en Atlantique

Janic Godin parle des réactions en Atlantique
Radio-Canada

La décision de la Cour suprême du Canada sur la réforme du Sénat que souhaite le gouvernement de Stephen Harper provoque plusieurs réactions en Atlantique.

Dans une décision unanime rendue vendredi matin, la Cour suprême a statué que le gouvernement fédéral ne peut agir seul pour réformer le Sénat. Au moins sept provinces dont la population représente au moins la moitié de la population totale du pays doivent donner leur consentement à la plupart des changements proposés par les conservateurs. Quant à l'abolition du Sénat, elle nécessiterait le consentement de toutes les provinces.

Au Nouveau-Brunswick, le sénateur conservateur Paul McIntyre ne veut pas faire de commentaires sur cette décision. Le sénateur conservateur Percy Mockler a quant à lui expliqué que le gouvernement conservateur émettra sa position officielle sous peu, mais que pour sa part, il s'agit d'une bonne nouvelle pour l'Atlantique.

 Le vice-premier ministre Paul Robichaud s'est abstenu de commentaires. 

« Je vais attendre de voir quels seront les avis que nous allons recevoir des officiels du ministère de la Justice et des Affaires intergouvernementales afin de commenter cette situation. »

La sénatrice libérale Pierrette Ringuette, pour sa part, se dit non surprise et satisfaite.

« Je me réjouis du fait que même si M. Harper a hésité pendant sept ans à consulter la Cour suprême et même si M. Harper, depuis 2006, n'a jamais tenu de conférence fédérale-provinciale avec ses homologues provinciaux sur peu importe les questions, même pas sur le Sénat, aujourd'hui, on lui dit: "aujourd'hui, au Canada, on est une fédération. Vous devez consulter vos homologues. Vous devez avoir le support de la population" », affirme Pierrette Ringuette.

Le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard, Robert Ghiz, est aussi satisfait. « Je pense que c'est une décision qui est bonne pour notre province. Je pense aussi que c'est bon pour notre pays. Ça protège des régions plus petites dans notre pays. C'est aussi un testament de notre constitution, que c'est vraiment important », affirme Robert Ghiz.

Une décision relativement positive pour l'Atlantique

Le politologue Jean-François Caron estime que cette décision de la Cour suprême est à l'avantage des provinces de l'Atlantique. 

« À l'heure actuelle, les provinces de l'Atlantique, à la Chambre des communes, ont à peu près 10% des sièges, puis, lorsqu'on voit le résultat de l'élection fédérale de 2011, on se rend compte maintenant très bien qu'un parti peut former un gouvernement majoritaire en ayant une représentation très limitée dans les provinces de l'Est. Le Sénat procure, aux provinces de l'Atlantique, 30 sièges [...] ça vient donner un levier beaucoup plus imporant aux petites provinces. »

Représentativité en AtlantiqueReprésentativité en Atlantique

Toutefois, étant nommés, ils ne jouent pas le rôle législatif qu'ils devraient jouer. Jean-François Caron considère que le gouvernement doit se lancer dans une entreprise de modification constitutionnelle, mais que cela prendra un fort courage politique pour aller de l'avant. 

 

Acadie

Justice