•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moratoire sur le programme de travailleurs étrangers temporaires

Le ministre de l'Immigration, Jason Kenney, en conférence de presse à Ottawa

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Après de nombreuses critiques, le gouvernement fédéral annonce un moratoire sur son programme controversé de travailleurs étrangers temporaires dans le secteur des services alimentaires, dont la restauration rapide.

Trois franchises de McDonald's à Victoria et un restaurant de Weyburn en Saskatchewan font actuellement l'objet d'enquêtes en raison d'allégations voulant que des employés canadiens aient été remplacés par des travailleurs étrangers venus au pays en vertu de ce programme.

Le ministre de l'Emploi et du Développement social, Jason Kenney, indique qu'il trouve le dossier très préoccupant et préfère suspendre le programme dans le secteur de la restauration, le temps d'éclaircir l'affaire, a-t-il indiqué jeudi soir par voie de communiqué.

Jason Kenney rappelle que les Canadiens doivent être prioritaires lorsque des emplois sont offerts.

Nous avons prévenu les employeurs à plusieurs reprises : le Programme des travailleurs étrangers temporaires ne doit être utilisé qu'en dernier recours lorsqu'on ne trouve pas de travailleurs canadiens pour les emplois offerts.

Jason Kenney

Le ministre de l'Emploi ajoute que les enquêtes sur les allégations d'utilisation du programme à mauvais escient se poursuivront et que les employeurs contrevenants s'exposent à des poursuites judiciaires pouvant mener à des peines de prison.

McDonald's : allégations « inacceptables »

En point de presse vendredi à Vancouver, le ministre Kenney a rappelé que les nombreuses allégations d'abus du programme des dernières semaines l'avaient poussé à agir, notamment celles à l'endroit de McDonald's Canada. « Les allégations d'abus de cette corporation étaient totalement inacceptables et je lui ai dit (au président de McDonald's Canada John Betts) que nous avions l'intention de geler leur accès au programme », a-t-il souligné.

Le ministre a dit été avoir été heureux d'apprendre, lors de cette discussion, que l'entreprise irait au-devant du gouvernement en suspendant elle-même son utilisation du programme et en lançant une enquête sur son utilisation.

Il s'est toutefois inquiété des propos rapportés du président John Betts lors d'une conférence téléphonique obtenue par CBC dans laquelle le président dit que les critiques envers le programme des travailleurs étrangers sont de la « foutaise ».

Je m'inquiète des propos que j'ai entendus hier et donc nous avons envoyé un message clair hier que nous n'accepterons pas d'abus du programme.

Jason Kenney, vendredi à Vancovuer

Un rapport critique envers le programme

L'annonce du ministre Kenney est survenue après la publication d'un nouveau rapport de l'Institut C.D. Howe, qui critique sévèrement le programme fédéral des travailleurs étrangers temporaires.

Selon ce rapport, le programme aurait contribué à une hausse du chômage dans l'Ouest canadien.

Des changements au programme, apportés entre 2002 et 2013, ont facilité l'embauche de travailleurs étrangers temporaires, contribuant ainsi à un bond du taux de chômage en Alberta et en Colombie-Britannique [deux bastions du Parti conservateur], relève l'étude de l'Institut C.D. Howe.

En réaction à ce rapport, une porte-parole de M. Kenney avait cité, plus tôt jeudi, des données de Statistique Canada qui montreraient que l'impact des travailleurs étrangers temporaires sur l'emploi a été négligeable, soit 2 % de la main-d'œuvre totale, selon elle.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique