•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agrile du frêne : 10 000 arbres devront être abattus à Montréal

L'agrile du frêne fait des ravages à Montréal.

L'agrile du frêne fait des ravages à Montréal.

Photo : Anne-Louise Despatie

Radio-Canada

Près de 2,5 millions de dollars seront injectés dans la lutte contre l'agrile du frêne à Montréal, mais 10 000 arbres devront tout de même être abbattus au cours des prochaines années.

Au total, un montant de 1,1 million de dollars ira à la stratégie de conservation sur le territoire montréalais, qui compte 200 000 frênes au total, dont 50 000 nécessitent une intervention. L'objectif est d'arriver à contenir les foyers d'infestation détectés en 2013, tout en réalisant 3450 nouveaux dépistages. Durant l'année, plus de 9000 frênes seront traités avec un biopesticide permettant de les protéger durant deux ans.

Le membre du comité exécutif responsable du développement durable de la Ville, Réal Ménard, avoue que l'enveloppe risque de ne pas être suffisante pour éradiquer l'insecte ravageur. « Ce que je vous dis, c'est qu'il y a un geste significatif qui est posé, qui n'est pas nécessairement un dernier geste », affirme-t-il.

Lors d'un sommet sur l'agrile du frêne en mars, Montréal a garanti une enveloppe de 3,8 millions de dollars pour lutter contre cet insecte qui fait des ravages depuis 2011. La Ville pourrait, au besoin, demander de l'aide financière du gouvernement provincial.

Il y a des scientifiques qui nous disent qu'il faudrait mettre 200 millions [de dollars], il y a des scientifiques qui nous disent qu'il faudrait mettre 20 millions, mais oui, il y a le cadre financier dans lequel la Ville est.

Réal Ménard, membre du comité exécutif responsable du développement durable, de l'environnement, des grands parcs et des espaces verts

En 2013, la Ville a dû abattre 149 frênes infestés sur le territoire montréalais. C'est trois fois moins que le nombre d'arbres qui seront abattus dans Rosemont-La-Petite-Patrie cette année. Au total, la Ville prévoit abattre en 2014 près de 1000 frênes « de manière préventive ».

Le conseiller de Projet Montréal, Sylvain Ouellet, parle d'un plan qui arrive « trop tard ».

Rappelez-vous, l'an passé à pareille date, on pensait que l'agrile du frêne était sous contrôle. C'est normal que cette année, nous devions investir plus. [...] Peut-être parce que le dépistage n'a pas été aussi efficace qu'on l'aurait cru.

Sylvain Ouellet, conseiller de Projet Montréal

Environnement