•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fumier des vaches, un vecteur de résistance aux antibiotiques

Quelques vaches laitières dans un enclos

Quelques vaches laitières dans un enclos

Photo : Claude Brunet

Radio-Canada

Le fumier des vaches, souvent utilisé comme engrais, contient un nombre élevé de nouveaux gènes de bactéries résistantes aux antibiotiques, selon une nouvelle étude parue dans mBio, la revue en ligne de la Société américaine de microbiologie (ACM).

Cela n'est pas nécessairement inquiétant, puisque les gènes provenant des bactéries se trouvant dans l'intestin de la vache ne posent pas pour le moment de danger pour les humains.

Toutefois, ces gènes pourraient peut-être un jour se retrouver dans la population humaine, car le transfert de gènes entre microorganismes qui ne sont pas apparentés se produit dans la plupart des environnements où se trouvent des bactéries.

La crainte des chercheurs est que ces gènes résistants apparaissent dans des agents pathogènes responsables d'intoxications alimentaires ou d'infections nosocomiales.

Lors de leur recherche, les chercheurs ont trouvé et séquencé les gènes présents dans cinq échantillons de fumier de vaches laitières. Ils ont pu identifier 80 nouveaux gènes résistants aux antibiotiques. Environ 75 % de ceux-ci avaient toutefois un lien de parenté éloigné avec des gènes résistants déjà connus.

Les scientifiques ont également découvert une nouvelle famille complète de gènes qui confèrent une résistance à l'un des quatre types d'antibiotiques : le chloramphénicol, utilisé pour traiter des infections respiratoires du bétail.

« Mais ces gènes sont différents en termes d'évolution des gènes résistants aux antimicrobiens qu'on trouve en milieu hospitalier », indique le Dr Jo Handelsman, professeur de biologie moléculaire à l'Institut Howard Hughes, qui a dirigé cette recherche.

Notons que 70 % des antibiotiques utilisés aux États-Unis sont destinés aux animaux d'élevage.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science