•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CSDCC se défend d’avoir discriminé un élève

L'élève dit qu'il voulait créer une Alliance gaie-hétéro à l'école Sainte-Famille de Mississauga.
L'élève dit qu'il voulait créer une Alliance gaie-hétéro à l'école Sainte-Famille de Mississauga.
Radio-Canada

Le conseil scolaire de district catholique centre-sud se défend d'avoir discriminé un de ses élèves qui souhaitait ouvrir un groupe d'alliance gaie-hétéro dans son école.

Dans sa réponse officielle au Tribunal des droits de la personne, le conseil rejette les accusations de Christopher Karas, un élève de l'École secondaire catholique Sainte-Famille de Mississauga, qui dit être victime d'homophobie.

Le conseil scolaire est catégorique : il n'y a eu aucune violation du Code des droits de la personne et aucune réparation n'est due à l'élève.

Les allégations faites par l'individu auprès du tribunal sont sans fondements et nous demandons qu'elles soient rejetées par le tribunal

André Blais, surintendant de l'éducation du CSDCC

Le conseil soutien notamment « qu'aucun membre du personnel n'a tenu de propos discriminatoires ou homophobes en salle de classe ».

Il affirme que « la demande de création d'un groupe inclusif a été accordée dans un délai raisonnable et le groupe "Porte Ouverte" est entièrement appuyé y compris sur le plan financier ».

Christopher KarasChristopher Karas

Sans donner de détails, le conseil met aussi en doute la crédibilité du plaignant. « Nous remettons en question ses intentions en entamant cette poursuite contre le conseil », ajoute André Blais.

Christopher Karas s'attendait à une réaction plus constructive du conseil. Il avait, selon lui, l'occasion de reconnaître ses torts et de rectifier la situation. « À ce point-ci, ils ont écrit dans leur réponse qu'ils rejettent tout ce que j'ai dit alors c'est pas mal certain qu'on va se retrouver en cour », dit-il.

L'élève réclame 25 000 dollars de dédommagement. Il demande aussi une lettre d'excuses du conseil scolaire et l'adoption de sept mesures pour rendre ses écoles plus accueillantes pour les élèves homosexuels comme l'aménagement de salles de toilettes "mixtes" et de cours de sensibilisation pour les enseignants.

Avec le reportage d'Alex Boissonneault.

Ontario

Société