•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jugement fédéral : Les Métis du Manitoba veulent maintenant négocier

Le reportage de Mathieu Simard
Radio-Canada

La Fédération des Métis du Manitoba (MMF) se réjouit du jugement rendu jeudi matin par la Cour d'appel fédérale à Ottawa.

Les juges ont reconnu que les Métis sont des « Indiens » au sens de la loi constitutionnelle de 1867, une décision qui pourrait mener le gouvernement fédéral à leur offrir des programmes, comme c'est le cas pour les Indiens inscrits.

Le président de la MMF, David Chartrand, dit vouloir maintenant négocier avec Ottawa. « Cela envoie le message à la Couronne : assoyez-vous avec ces gens. »

Historiquement, nous avons lutté pour trouver notre place dans la Confédération et dans le contexte de la Constitution.

David Chartrand, président de la Fédération des Métis du Manitoba

Selon le membre du Conseil d'administration de la MMF, Andrew Carrier, les questions territoriales et l'éducation seront à l'ordre du jour. « Nous avons vraiment besoin de support, d'éducation primaire, secondaire et aussi à l'université, nous espérons pouvoir avoir des fonds pour aider les étudiants métis », dit-il.

Des « réserves » pour les métis ?

Pour le directeur des programmes autochtones à l'Université du Manitoba, Robert-Falcon Ouellette, cette décision pourrait avoir des répercussions économiques pour les Métis. « [Ils pourraient] avoir des types de réserve peut-être proche de villes comme Winnipeg ou partout au Canada, afin de mettre à l'abri un peu plus d'argent, afin de gagner un peu plus de capital », cite-t-il en exemple.

Le gouvernement Harper a répondu par voie de communiqué qu'il allait étudier tous les éléments de la décision afin de déterminer les prochaines étapes.

Manitoba

Société