•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le français : seule langue officielle de l'Î.-P.-É et de la N.-É., selon un historien du droit

Acadie

Le drapeau acadien (archives)

Photo : ml

Radio-Canada

Un avocat et historien du droit soutient que le français serait la seule langue officielle de l'Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse, deux provinces où les Acadiens ont pourtant de la difficulté à faire valoir leurs droits.

Selon la théorie de Christian Néron,  les Britanniques n'ont jamais révoqué l'ordonnance de Villers-Cotterêts, qui faisait du français la langue de l'état en Nouvelle-France et en Acadie, est cette loi serait toujours en vigueur aujourd'hui. 

L'avocat et historien Christian Néron

L'avocat et historien Christian Néron

Photo : Michel Nogue/Radio-Canada

Christian Néron reproche d'ailleurs aux juristes acadiens, qui s'intéressent aux questions linguistiques, d'ignorer l'histoire du droit. 

« Ils marchent sur des trails difficiles pour aller gruger un peu de droits, alors qu'ils pourraient prendre le grand chemin pour aller chercher tout le morceau [...] C'est pas nécessaire d'aller devant le tribunal [pour faire valoir ce droit], parce que la loi est déjà en vigueur. Alors il s'agirait tout simplement de demander au gouvernement de l'appliquer ». 

Le président de l'Association des juristes d'expression française de la Nouvelle-Écosse, Réjean Aucoin, dit être prêt à étudier cette théorie, qui pourrait être une nouvelle carte lorsque les Acadiens et les francophones tentent de faire valoir leurs droits. Il reste toutefois lucide sur son application. 

« Faut être réaliste. Quelqu'un nous sort une loi, même si c'était vrai, qu'est-ce qui en serait les effets pour demander au gouvernement de valider cette loi-là. Je pense qu'il y a entre découvrir cette loi-là, et faire en sorte qu'elle deviendrait force de loi, je pense qu'il a un gros, gros fossé » explique-t-il. 

Christian Néron souhaite tout de même que cette théorie puisse venir en aide aux Acadiens et aux francophones. 

Je serais bien content que les Acadiens puissent faire reconnaître leur langue sur le même pied que les anglophones de ces provinces-là. Alors la vie serait bien plus simple pour eux.

Christian Néron, avocat et historien

L'Île-du-Prince-Édouard souligne cette année le 150e anniversaire de la Conférence de Charlottetown, le point de départ de la Confédération canadienne. Christian Néron souhaite que l'Acadie profite de l'événement pour mettre sa théorie à l'épreuve.

Acadie

Francophonie