•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Découverte de Juno, la protéine de l'ovule qui reconnaît le sperme

Un spermatozoïde

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

La protéine nécessaire à l'ovule pour reconnaître le sperme et permettre la fertilisation a été découverte par des chercheurs du Wellcome Trust Sanger Institute. Cette trouvaille pourrait ouvrir de nouvelles possibilités de traitement contre l'infertilité, ainsi que le développement de nouveaux contraceptifs.

La protéine permettant au sperme de reconnaître l'ovule avait été découverte en 2005 par des chercheurs japonais, qui l'ont nommé Izumo, du nom d'un sanctuaire japonais dédié au mariage. Les chercheurs étaient toutefois restés en plein mystère en ce qui concernait l'ovule.

L'équipe du Wellcome Trust Sanger Institute a résolu l'énigme en identifiant une protéine qui s'apparie avec Izumo. Le mariage d'Izumo et de Juno, nom donné en l'honneur de la déesse de la fertilité romaine à la protéine résidant sur l'ovule, est indispensable pour que la fertilisation puisse s'effectuer.

« Le lien qui relie les deux protéines est très faible, ce qui explique probablement pour quelle raison le mystère demeurait jusqu'ici », affirme le Dr Enrica Bianchi, auteur principal de l'étude.

Pour trouver Juno à la surface de l'ovule, les scientifiques ont créé une version artificielle de la protéine Izumo et l'ont utilisée pour trouver le partenaire auquel elle s'accouple. Puis, pour vérifier la validité de leurs résultats, ils ont tenté d'ensemencer des souris modifiées en laboratoire qui ne possédaient pas de protéine Juno sur leurs ovules, ce qui a été impossible. Par ailleurs, d'autres souris dont le sperme ne contenait pas la protéine Izumo se sont elles aussi révélées infertiles.

L'équipe de Mme Bianchi a également noté qu'après que les deux protéines se soient reconnues et que la fertilisation ait eu lieu, la protéine Juno disparaît de la surface de l'ovule et devient indétectable. Ce phénomène explique probablement pour quelle raison l'ovule est toujours fertilisé par un seul spermatozoïde.

Cette étude a été publiée dans la revue scientifique Nature.

Le saviez-vous?

Un embryon formé par la combinaison d'un ovule et de plusieurs spermatozoïdes posséderait trop de chromosomes et mourrait. En effet, l'ovule et le spermatozoïde contiennent chacun la moitié des chromosomes du futur embryon, soit 23, pour un total de 46 chromosomes qui forment la cellule humaine.

Science