•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'élection du Parti libéral sème l'inquiétude chez les syndicats du secteur public

Analyse des élections avec Éric Montigny, directeur de la Chaire de recherche sur 
la démocratie et les institutions parlementaires à l’Université Laval.

Analyse des élections

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Certains grands syndicats du secteur public n'expriment aucun enthousiasme face à l'élection du nouveau gouvernement libéral.

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ), le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) et l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) parlent même d'inquiétude chez leurs membres.

Les présidentes de ces trois organisations nationales étaient de passage à Rimouski mardi, dans le cadre d'une tournée québécoise pour la défense des services publics.

« Bilan lourd »

La présidente de la CSQ, Louise Chabot, craint l'imposition de coupes budgétaires par le nouveau gouvernement. Elle souligne que les neuf ans de règne du gouvernement libéral ont fait l'objet d'un « bilan lourd » de la part des syndicats. « Rappelez-vous en 2003, toute la mobilisation de l'ensemble des travailleuses et des travailleurs du secteur public contre l'ensemble des lois iniques du gouvernement libéral adoptée sur le bâillon, dont un décret pour nos conditions de travail. »

Pour sa part, la présidente de l'APTS, Carolle Dubé, rappelle que lorsqu'il était ministre de la Santé, Philippe Couillard a introduit la notion de privatisation en santé. Or, dit-elle, le nouveau député Gaétan Barrette, qui pourrait être désigné comme le prochain ministre de la Santé, a fait la promotion de cette approche durant la campagne électorale.

« M. Couillard, c'est lui qui a fait adopter la loi 33 pour faire en sorte qu'on puisse avoir accès à des services privés pour certaines chirurgies. C'est le cadeau qu'il avait laissé avant de quitter », souligne-t-elle.

Les syndicats rappellent que les conventions collectives viennent à échéance en mars 2015.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec