•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 façons originales de redécouvrir Shakespeare, 450 ans après sa naissance

Un portrait de William Shakespeare

Un portrait de William Shakespeare

Photo : Lefteris Pirarakis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le plus connu des dramaturges anglais est né il y a 450 ans, le 23 avril 1564, à Stratford-upon-Avon, dans le centre de l'Angleterre. Du moins y a-t-il été baptisé trois jours plus tard, comme en attestent les registres religieux de l'époque. Pour le reste, sa vie privée demeure un mystère, et certains ont même longtemps douté de son existence et de la paternité de ses oeuvres.

Plusieurs siècles après sa mort, il arrive tout de même en troisième position des auteurs les plus traduits dans le monde, et certains personnages de série télé dévorés d'ambition semblent tout droit sortis de son imagination.

Alors, Shakespeare est-il poussiéreux? Oh que non! À l'occasion du 450e anniversaire de sa naissance, révisez vos classiques en un clin d'oeil et expérimentez cinq façons de redécouvrir l'homme et son oeuvre sous un jour nouveau :

1. Aller voir une pièce de Shakespeare dans un lieu inusité
Si la simple idée d'être enfermé plusieurs heures dans un théâtre vous rend claustrophobe, tournez-vous vers une des nombreuses représentations des pièces de Shakespeare dans un lieu inusité : en plein air dans un parc, ou même dans un stationnement.

2. Observer les étourneaux de Central Park
S'il y a autant d'étourneaux aux États-Unis, c'est un peu à cause de Shakespeare. À la fin du 19e siècle, un excentrique amoureux des oiseaux et de l'œuvre de Shakespeare décida d'introduire aux États-Unis les oiseaux cités dans l'œuvre de Shakespeare qui n'y étaient pas encore présents. Il relâcha ainsi une centaine d'étourneaux à Central Park. Près de 125 ans plus tard, on en compte 200 millions.
À écouter : Un envahisseur avec des ailes, cadeau indirect de... Shakespeare

3. Lire Shakespeare  en québécois ...
Michel Garneau, Antonine Maillet et Normand Chaurette s'y sont frottés, et le Franco-Ontarien Jean-Marc Dalpé s'est carrément imposé en 2011 avec sa nouvelle version française d'Hamlet (Prise de parole) qui rend justice à l'« oralité sauvage » de l'original, selon le metteur en scène et professeur de théâtre Paul Lefebvre, qui en signe la préface.

4. ...Ou en gwich'in, un des dialectes autochtones de la langue athapaskane, parlée dans le nord-est de l'Alaska, le nord du Yukon et les Territoires du Nord-Ouest.
C'est le défi que s'était lancé en 2013 la compagnie de théâtre Fairbanks Shakespeare en transposant Le roi Lear, l'histoire d'un roi qui sombre dans la folie après avoir partagé son royaume entre deux de ses trois filles, dans l'Alaska de la fin du 19e siècle, au moment où des contacts importants ont eu lieu entre colons et Autochtones.

5. S'insulter à la manière d'Hamlet ou d'Henri IV
Grâce à un jeu de société à mettre hors de portée des oreilles chastes, Thou spleeny swag-bellied miscreant : Create Your Own Shakespearen Insults (éditions Running Press), il est possible de créer de nombreuses insultes fleuries tirées de l'oeuvre du maître lui-même. De quoi pimenter vos prochaines chicanes de couple. 

À écouter : le mercredi 23 avril « Les soirées classiques » (Nouvelle fenêtre) consacrent toute une émission à Shakespeare sur les ondes d'Espace musique, animée par Katerine Verebely. Au programme, des extraits de The fairy queen de Purcell, avec Karina Gauvin et l'ensemble Les Boréades; des extraits du Songe d'une nuit d'été de Mendelssohn, avec l'OSM et Charles Dutoit; Cinq mélodies sur des poèmes de Shakespeare de Roger Quilter, interprété par Philippe Sly; Roméo et Juliette de Prokofiev, interprété par le pianiste Nikolai Lugansky; et Roméo et Juliette de Tchaïkovsky avec l'OSM et Charles Dutoit.

À lire aussi : Le dictionnaire de Shakespeare retrouvé?
Deux libraires new-yorkais, amateurs de livres rares, pensent avoir mis la main sur le dictionnaire personnel de Shakespeare, annoté par le célèbre dramaturge.

Un texte de Sophie Cazenave

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !