•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les postes de police communautaires d'Ottawa menacés de fermeture

Un poste de la police d'Ottawa.

Un poste de la police d'Ottawa.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Service de police d'Ottawa pourrait fermer ses postes communautaires qui offrent des services de proximité aux résidents de plusieurs secteurs de la ville.

Le Service tente de déterminer si ses postes communautaires sont encore nécessaires et si l'argent qu'il y consacre pourrait être mieux dépensé, par exemple en affectant plus de policiers à des patrouilles de rue.

Les postes de police communautaires coûtent 180 000 dollars par année, et les policiers qui y travaillent traitent les demandes de résidents pour toutes les questions de sécurité dans le voisinage.

Les premiers des 15 postes communautaires ont été inaugurés au début des années 1980.

Il en reste maintenant 14, puisque le poste de police communautaire Herongate a déjà fermé ses portes en raison de problèmes de sécurité et de santé au travail.

Des citoyens inquiets

Des résidents desservis par le poste de police Herongate disent s'inquiéter davantage pour leur sécurité depuis sa fermeture.

C'est le cas de Honeida Saligh, qui vit dans le quartier depuis l'été dernier.

Elle savait que le taux de criminalité était élevé quand elle y a emménagé, mais trouvait la présence du poste de police communautaire rassurante.

Quand j'ai appris que le poste n'était plus ouvert, je suis devenue inquiète.

Une citation de :Honeida Saligh, résidente

Le service de police d'Ottawa se donne encore du temps pour décider s'il fermera les postes de police communautaires restants, et à quel moment il pourrait le faire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !