•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ambulanciers injoignables dans Charlevoix : "une minute peut faire la différence"

Une ambulance

Une ambulance

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le système de communication des ambulanciers connaît des ratés importants dans Charlevoix. Deux pannes sont survenues dans le courant des dernières semaines empêchant notamment les répartiteurs d'entrer en contact avec les ambulanciers.

Le système a notamment été interrompu, jeudi, pendant un peu plus d'une heure et demie. Une période au cours de laquelle les communications entre les répartiteurs et les ambulanciers ont été rompues.

La situation inquiète le président du syndicat des ambulanciers de Charlevoix, Emmanuel Deschênes qui mentionne que ces problèmes peuvent être lourds de conséquences. « C'est arrivé une première fois il y a trois semaines. Il y avait un accident, et les ambulanciers ont été rejoints dans un délai de 20 minutes. Quand on dit qu'une minute peut faire la différence. Ils ont mis quatre ou cinq jours pour trouver le problème. C'est inquiétant, c'est certain », lance-t-il.

Ce dernier estime par ailleurs que le système de communication, implanté dans Charlevoix en 2006, constitue une dépense injustifiée du ministère de la Santé. « On se fait rentrer ça dans les dents, nous autres, on n'a aucun pouvoir de négociation. On n'est même pas consulté. Rien. Il y a une couple de millions et demi dans Charlevoix, c'est garanti », lance-t-il.

Depuis son implantation il y a sept ans, le système n'a jamais fonctionné parfaitement. Une mise à jour du programme, réalisée en février dernier, semble également avoir affecté la fiabilité du réseau. D'ici à ce que l'efficacité du système soit assurée, les répartiteurs demandent aux ambulanciers de leur fournir leur numéro de téléphone cellulaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !