•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux missionnaires de Québec canonisés 

Radio-Canada

Le pape François a déclaré par décret, jeudi matin, la canonisation de deux missionnaires français qui ont oeuvré dans la ville de Québec. Marie de l'Incarnation et François de Montmorency-Laval deviennent ainsi les premiers saints de Québec.

C'est à Marie de l'Incarnation, née Marie Guyart (1599-1672), que l'Amérique du Nord doit la première école francophone pour filles du continent, avec la fondation, en 1639, du couvent des Ursulines de Québec.

Mgr François de Montmorency-Laval (1623-1708) a été le premier évêque de la province. Il est également le fondateur du Séminaire de Québec. Leurs tombeaux se trouvent à Québec.

Une journée historique pour les catholiques de Québec

C'est avec une joie non dissimulée que l'archevêque de Québec, Mgr Gérald Cyprien Lacroix, a salué l'oeuvre des deux missionnaires et le décret du pape. « Sainte Marie de l'Incarnation et Saint François de Laval, s'est-il exclamé, mon cœur palpite juste à nommer pour la première fois ces deux grandes personnes de chez nous. »

Celui qui vient d'être élevé au rang de cardinal par le pape François, a rappelé le travail d'évangélisation des deux personnages qu'il qualifie « d'ouvriers de la première heure. Le pape nous les donne aujourd'hui comme modèle de sainteté », a-t-il lancé.

Pour le maire Labeaume, c'est une excellente nouvelle, qui vient s'ajouter à l'inauguration récente de la porte sainte à la basilique Notre-Dame de Québec et à la nomination de Mgr Gérald Cyprien Lacroix. « Je trouve que le nouveau pape est très généreux depuis quelques mois envers Québec, c'est toujours bon pour la ville. »

Un décret qui selon le responsable du Centre d'Études Marie-de-l'Incarnation de l'Université Laval, Raymond Brodeur, s'inscrit effectivement dans la continuité de l'œuvre du pape François.

« Le pape François est lui-même un pape des Amériques. Je pense que ça donne un signal par rapport à des saints, qui ont fondé une nouvelle église. Je pense que le pape aspire beaucoup à présenter des modèles qui vont inviter à une église de la postmodernité », avance-t-il.

Un lègue précieux pour Québec

Le doyen de la Faculté de théologie de l'Université Laval, Gilles Routhier, note quant à lui que les deux missionnaires ont laissé des traces fortes sur la trame urbaine de Québec avec les deux institutions, ainsi qu'une « oeuvre de 350 ans d'éducation et le legs d'un patrimoine spirituel ». « Tous les diocèses de l'Amérique du Nord, des États-Unis au Canada, sont des divisions du Diocèse de Québec. »

Même son de cloche du côté de Marc Dallaire, directeur général de l'ancien Séminaire de Québec, rebaptisé Collège François-de-Laval en 2011, en l'honneur de son fondateur. « Je pense qu'il a joué plusieurs rôles dans la mise en place de la société québécoise du Québec, et de Québec en particulier, entre autres au niveau de l'éducation », souligne-t-il.

« C'est vraiment spécial. Moi, je me considère chanceux de marcher dans ses pas et de poursuivre cette œuvre d'éducation là. Aujourd'hui, on a une autre preuve », conclut-il.

Entrevue : Quel est le sens de ces deux canonisations

Québec

Société