•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lev Tahor : six arrestations en Ontario

Les explications de Sébastien Saint-François
Radio-Canada

L'Agence des services frontaliers du Canada a procédé, mercredi, à une opération avec la police dans la ville de Chatham, dans le sud-ouest de l'Ontario, où habitent les membres de la secte Lev Tahor.

Six adultes ont été arrêtés, relativement à des violations des lois sur l'immigration, selon les autorités de protection de la jeunesse. Deux personnes seraient toujours recherchées, selon l'ASFC.

Un porte-parole de la secte Mayer Rosner affirme que les autorités traitent le groupe injustement.

Leur visa était échu. Des milliers d'autres personnes en Ontario sont dans la même situation, mais ce sont nos membres qu'on arrête. 

Mayer Rosner, porte-parole de la secte Lev Tahor

Le porte-parole a également dit que certains des membres avaient la nationalité israélienne, tandis que d'autres sont des Américains d'origine.

Six des 28 enfants touchés ont été placés sous la garde de la Société d'aide à l'enfance locale, parce qu'aucun autre adulte ne pouvait veiller sur eux. Un des avocats de la secte, Guidy Mamann, précise cependant qu'il travaille avec l'Agence des services frontaliers afin de trouver des membres de la famille qui pourraient s'occuper rapidement des enfants. 

Le porte-parole de la police de Chatham, Brian Boulley, dit que la descente est le fruit d'une enquête conjointe entre son corps policier, l'Agence des services frontaliers et la Société d'aide à l'enfance. Les policiers étaient sur place pour « maintenir la paix », dit-il, mais leur intervention à cet égard n'a pas été nécessaire.

Fugitifs

Quelque 200 membres de la secte juive ultra-orthodoxe avaient fui, en pleine nuit, leur domicile de Sainte-Agathe-des-Monts, au Québec, en novembre dernier, pour se réfugier à Chatham, dans le sud-ouest de l'Ontario.

À l'époque, la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) des Laurentides voulait retirer à deux couples de parents de la secte la garde de leurs 14 enfants, en raison d'allégations de mauvais traitements et de mariages forcés de jeunes filles.

Un tribunal ontarien a par la suite confirmé l'ordonnance québécoise à l'endroit des deux familles, mais ces dernières ont pris la fuite au Guatemala et à Trinité-et-Tobago. Seul ce dernier pays a refoulé les membres de la secte au Canada.

La saga de Lev Tahor 

  • 18 novembre : Environ 200 membres de la secte Lev Tahor quittent Sainte-Agathe-des-Monts et s'installent dans la région de Chatham en Ontario, alors que la Direction de la protection de la jeunesse au Québec enquête sur des allégations de mauvais traitements. Les dirigeants de la secte nient catégoriquement les allégations.
  • Mercredi 27 novembre : Un tribunal de la jeunesse au Québec ordonne que 14 enfants de la secte soient retirés de leur milieu et placés dans des familles d'accueil au Québec.
  • Lundi 3 février : Un juge ontarien décide de retirer 13 enfants du groupe religieux Lev Tahor à leurs parents, mais leur laisse 30 jours pour faire appel de la décision.
  • Vendredi 21 février : La Cour supérieure du Québec refuse à la secte juive Lev Tahor le droit d'en appeler de la décision de novembre qui ordonnait le retour de 14 enfants au Québec.
  • Lundi 3 mars : Une quinzaine de membres de la secte prennent l'avion en direction du Guatemala. Un groupe de 9 personnes est intercepté à Trinité-et-Tobago.
  • Mardi 4 mars : Au moins deux adultes et six enfants de la secte arrivent au Guatemala.
  • Jeudi 6 mars : En Ontario, un juge ordonne que les 14 enfants des deux familles qui ont pris la fuite soient placés dans des foyers d'accueil en Ontario en attendant que leur appel soit entendu en cour.
  • Samedi 8 mars : Six enfants de la secte issus de deux familles, leurs parents et un autre adulte sont rapatriés au Canada après s'être enfuis à Trinité-et-Tobago.
  • Dimanche 9 mars : Une mère d'âge mineur, dont une partie de la famille a tenté de fuir vers Trinité-et-Tobago, est arrêtée à sa descente de l'avion à Calgary et ramenée en Ontario avec son bébé.
  • Lundi 10 mars : 7 enfants de la secte sont retirés de leur famille par les services de protection de l'enfance de Chatham-Kent.
  • Vendredi 14 mars : Trois adultes et 6 enfants qui avaient pris la fuite au Guatemala comparaissent devant une juge à Panajachel. La juge décide de laisser les enfants avec leur famille.
Avec les informations de La Presse canadienne

Ontario

Justice