•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Couillard à l'aise avec l'indemnité de départ de Barrette

Le chef libéral, Philippe Couillard, et le candidat libéral dans La Pinière, Gaétan Barrette, à Trois-Rivières, le 2 avril Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Radio-Canada

Le chef libéral, Philippe Couillard, ne voit aucun problème dans l'indemnité de départ de 1,2 million de dollars touchée par son candidat dans La Pinière, Gaétan Barrette, lorsqu'il a quitté la présidence de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) pour se lancer en politique. Le chef caquiste, François Legault, juge quant à lui la situation « totalement inacceptable ».

« C'est une entente privée, entre le Dr Barrette et l'organisation qu'il dirigeait. C'était connu. Et ça coupe complètement le lien entre lui et la fédération. Il ne représente plus les 8000 médecins spécialistes, mais l'ensemble des Québécois comme membre de notre équipe », a dit M. Couillard en point de presse, mercredi, à Trois-Rivières.

Le chef libéral voit par ailleurs d'un bon oeil le fait que la moitié de ce montant retourne dans les coffres de l'État, puisqu'il est imposable.

Même s'il n'était au courant de cette prime que « depuis quelques jours », l'avoir su plus tôt n'aurait rien changé à son désir d'avoir le Dr Barrette dans son équipe, a-t-il affirmé.

Philippe Couillard a par ailleurs trouvé « inélégant » le titre utilisé par un quotidien pour rapporter cette nouvelle, qui faisait référence au poids de Gaétan Barrette.

Plus tôt en entrevue, celui qui pourrait occuper le poste de ministre de la Santé dans un éventuel gouvernement libéral a tenu à rappeler que cette prime est payée par les médecins spécialistes, selon une clause prévue dans son contrat, rédigé avant son arrivée à la tête de la FMSQ en 2006.

« C'est décidé par les médecins eux-mêmes, de façon transparente, d'accorder trois mois de salaire par année de service, peu importe les circonstances. Ça vient de leurs poches. [C'est une compensation pour la] baisse de revenus pour le président. On voit ça dans bien des organisations », a dit M. Barrette en entrevue à l'émission C'est pas trop tôt (Nouvelle fenêtre), sur ICI Radio-Canada Première, mercredi matin.

« C'est la même chose pour mes prédécesseurs et mon successeur », a-t-il précisé, ajoutant que les médecins spécialistes jugent cette clause « normale ». C'est « comparable au reste du marché », a-t-il mentionné.

Gaétan Barrette fait remarquer que le président du Fonds de solidarité FTQ a obtenu une indemnité de départ plus grande que la sienne.

En réponse à une question sur la part de sa prime liée aux négociations entre les médecins et le gouvernement, M. Barrette a déclaré qu'il y a « des paramètres qui ont un lien quelque part avec la rémunération des médecins. Mais c'est clair, net et précis [dans mon contrat] et décidé et voté par les membres ».

Plus tard en point de presse, il a assuré qu'il demeurerait impartial s'il jouait un rôle au sein du prochain gouvernement, puisqu'il a coupé les ponts avec la FMSQ.

Gaétan Barrette croit que le même raisonnement doit s'appliquer aux autres candidats qui ont entretenu des liens d'affaires.

J'ose espérer que [ce sera] la même chose pour Pierre Karl Péladeau lorsqu'il négociera avec les imprimeries du Québec; [ou] avec François Legault s'il négocie un jour avec l'industrie aéronautique; [ou] avec Mme Marois lorsqu'un jour elle nous dévoilera les états financiers de son mari.

Le candidat libéral dans La Pinière, Gaétan Barrette

Legault pourfend Barrette

Le chef de la CAQ, François Legault, trouve « totalement inacceptable » que Gaétan Barrette ait obtenu une telle indemnité de départ.

« La FMSQ, c'est un syndicat. Les syndicats reçoivent des cotisations qui sont déductibles d'impôt. Tous nous autres, les Québécois, on a payé une partie du 1,2 million au chef syndical Gaétan Barrette », a-t-il dit en point de presse, dans la circonscription de L'Assomption.

« Est-ce que Philippe Couillard trouve ça raisonnable qu'un syndicat donne à son président 1,2 million de dollars? » a-t-il lancé.

Questionné au sujet de l'impact de cette indemnité sur la capacité de M. Barrette de négocier à l'avenir avec les médecins – s'il est nommé ministre de la Santé – , François Legault a répondu : « Est-ce que Gaétan Barrette a reçu le 1,2 million pour services passés ou pour faveurs futures? Ça pose des questions. »

Le chef de la CAQ s'interroge sur le jugement de Philippe Couillard.

Si j'avais eu M. Barrette dans mon équipe ce matin, j'aurais eu juste deux choix : lui demander de rembourser le 1,2 million ou l'expulser comme candidat de la CAQ. Le problème se pose aujourd'hui à M. Couillard. C'est à lui à nous montrer s'il a du jugement.

Le chef de la CAQ, François Legault

Philippe Couillard a plus tard répliqué à François Legault, disant que si Gaétan Barrette était toujours dans sa formation (Gaétan Barrette était candidat caquiste en 2012), il n'aurait pas le même discours aujourd'hui.

Selon le candidat de Québec solidaire dans Mercier, Amir Khadir, l'attitude de Philippe Couillard démontre qu'il est déconnecté de la réalité.

« Quand j'entends M. Couillard dire qu'il n'y a absolument aucun problème, j'ai l'impression d'être devant un club de millionnaires tout à fait insensibles à ce qui arrive aux gens ordinaires », dit-il.

Pour sa part, la chef péquiste, Pauline Marois, ne souhaite pas commenter la nouvelle. « Je ne veux pas faire de commentaire sur M. Barrette. Ce sera aux gens de La Pinière de juger du comportement passé et présent de M. Barrette », a-t-elle dit.

François Cormier suit la caravane caquiste

Chaude lutte dans La Pinière

M. Barrette est convaincu qu'il aura la confiance des électeurs de La Pinière le jour du vote. « Les gens de La Pinière, peu importe leur position, vont voir que je livre la marchandise. Je vais représenter les huit millions de Québécois. »

Il a attaqué sa rivale, la candidate indépendante Fatima Houda-Pepin, jugeant que sa candidature avantage avant tout le PQ. Le parti de Pauline Marois a décidé de ne pas présenter de candidat dans La Pinière afin de favoriser la réélection de Mme Houda-Pepin.

Politique