•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Airbnb : une nouvelle taxe pour calmer les détracteurs

Affiche générique d'un gîte
Affiche générique d'un gîte
Radio-Canada

La compagnie de location de logement en ligne Airbnb imposera une taxe de 14 % à ceux qui trouveront un toit grâce à son service en ligne à San Francisco. Cela viendra ainsi répondre aux critiques qui clament qu’elle fait fi des règlements hôteliers.

Comme le rapporte le San Francisco Chronicle, Airbnb récoltera cette taxe en l’ajoutant à la facture de ses utilisateurs, exactement comme le font les hôtels.

En plus d’ajouter des millions aux coffres de la ville californienne, cette décision pourrait aider Airbnb à calmer les critiques d’officiels de la ville et de propriétaires immobiliers.

Airbnb est un service qui met en contact voyageurs et gens désirant louer leur logement. Outre San Francisco, Portland (Oregon) est la seule autre ville dans le monde où Airbnb a jusqu’à maintenant annoncé qu’elle paierait des taxes.  

Brian Chesky, cofondateur et chef de la direction d'AirbnbBrian Chesky, co-fondateur et chef de la direction d'Airbnb. Photo : AFP / Chris Weeks

Au Québec

Cette décision de la part d’Airbnb pourrait avoir un écho au Québec, où l’entreprise de location a fait des vagues en 2013.

L’Association des gîtes en résidences touristiques de Montréal (AGTM) avait fait parvenir en juillet des mises en demeure au ministre délégué au Tourisme du Québec ainsi qu'aux maires de Montréal et du Plateau-Mont-Royal, réclamant des mesures pour contrer l’offre d’établissements illégaux.

Selon l’AGTM, Montréal comptait alors 6500 établissements illégaux face à seulement 117 gîtes et résidences légaux.

En août, deux propriétaires de la région de Québec se sont vu remettre des constats d’infraction pour avoir loué leur logement à des touristes sans détenir l’attestation nécessaire, ce qui laisse présager un durcissement des règles par rapport à ceux qui affichent sur Airbnb.

Il en faudra toutefois davantage pour enrayer ce nouveau mouvement dont Airbnb est la tête de proue et qui fait de plus en plus rager les hôteliers.

Pas assez pour les propriétaires

À San Francisco, malgré cette nouvelle taxe imposée aux utilisateurs d’Airbnb, les propriétaires immobiliers ne sont pas complètement rassurés.

Marina Franco, avocate qui représente ceux-ci, s’inquiète des conséquences d’avoir « des inconnus dans nos immeubles », du fait de l'absence de permis d'hôtellerie et que les locataires louent leur chambre à un prix plus élevé que le loyer qu’ils paient à leur propriétaire .

Avec les informations de Associated Press

Économie