•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault ne veut plus parler de charte

François Legault semblait plus positif lors de sa conférence de presse à Québec.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le chef de la Coalition avenir Québec ne veut plus parler de la charte des valeurs proposée par le Parti québécois. Pour sa dernière semaine de campagne, François Legault promet de se concentrer sur l'économie.

Lors d'une conférence de presse portant sur l'entreprenariat, à Québec, lundi matin, M. Legault a accusé son adversaire péquiste Pauline Marois de tout faire « pour diviser les Québécois ». Il n'a pas non plus ménagé le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, affirmant qu'il n'est pas « bien bien mieux que Mme Marois », puisqu'il a tenu un point de presse sur le même thème.

Tout au plus, le chef de la CAQ a commenté la promesse de Pauline Marois de recourir à la clause dérogatoire pour protéger sa charte des valeurs contre des contestations devant les tribunaux, affirmant qu'« il [était] temps qu'elle se réveille ».

« Je ne jouerai pas le jeu de Mme Marois de parler de la charte. J'ai dit ce que j'avais à dire sur la charte, a tranché François Legault. C'est terminé, je vais parler d'économie. »

Plus tôt, en entrevue à l'émission Première Heure, sur les ondes d'ICI Radio-Canada Première à Québec, le chef de la CAQ a estimé qu'il existait une crainte de l'intégrisme dans la population de la couronne de Montréal, accusant son adversaire libéral Philippe Couillard d'être « déconnecté » en le niant. Se tournant vers le Parti québécois, il a de nouveau accusé Pauline Marois de ne pas avoir agi pour des raisons électoralistes.

« Le rôle d'un leader, c'est de régler ça rapidement parce que c'est un sujet sensible, émotif, divisif. Si Mme Marois avait agi vraiment comme une femme d'État, elle aurait réglé le dossier rapidement », a lancé François Legault.

« On est en train de se déchirer, il y a des gens qui dérapent », a ajouté M. Legault, évoquant les propos tenus la veille par l'auteure Janette Bertrand, lors d'un rassemblement du PQ.

Créer un climat favorable aux entrepreneurs

François Legault a accusé Pauline Marois d'avoir « créé un contexte très négatif dans le monde des affaires depuis un an et demi ».

Il a promis que sous un gouvernement de la CAQ, Investissement Québec jouerait un nouveau rôle pour encourager les investissements privés.

Ainsi, sous un gouvernement caquiste, Investissement Québec deviendrait l'organisme coordonnant tous les programmes d'aide aux entrepreneurs.

Les centres locaux de développement (CLD) deviendraient une porte d'entrée vers cet accompagnement offert aux entrepreneurs. François Legault promet que cela s'accompagnerait d'un changement de philosophie d'Investissement Québec.

« Plutôt que d'attendre les investisseurs, on va fixer des objectifs mensuels en termes d'investissements privés », envisage le chef de la CAQ.

François Legault voudrait aussi que les écoles secondaires organisent des visites d'entreprises à succès pour « voir le succès des entrepreneurs et le plaisir qu'on peut avoir ». Le chef de la CAQ, fondateur d'Air Transat, s'est souvenu du premier décollage d'un appareil de la compagnie auquel il a assisté.

M. Legault a déploré qu'il n'y ait, au Québec, aucun suivi des inscriptions dans les programmes de sciences, technologie, génie et informatique.

Enfin, le chef de la CAQ estime qu'il faut s'assurer d'avoir la flexibilité nécessaire dans la réglementation pour que les entreprises québécoises puissent se défendre contre des offres d'achat hostiles.

François Legault affirme que l'attitude des électeurs à l'égard de son parti change, et que cette tendance serait visible dans des sondages internes. Se disant « très encouragé », il soutient que son message passerait de plus en plus chez les électeurs. « Les Québécois semblent prêts à essayer un nouveau parti », a-t-il déclaré lundi.

Le chef de la CAQ a promis qu'il essaierait de visiter cette semaine des régions où il ne s'est pas encore rendu en campagne, soit le Saguenay-Lac-Saint-Jean et l'Outaouais.

Entrevue avec François Legault à l'émission Première heure à Québec

Avec les informations de La Presse canadienne

Québec

Politique