•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une menace intégriste plane sur le Québec, croit Janette Bertrand

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Pauline Marois et Janette Bertrand au brunch du PQ sur la laïcité.

Pauline Marois et Janette Bertrand au brunch du PQ sur la laïcité.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Janette Bertrand croit qu'une menace plane sur le Québec : celle des intégristes qui grugent des droits et mettent en péril l'égalité entre les hommes et les femmes.

Un texte de Lili BoisvertTwitterCourriel

Mme Bertrand, qui a donné son nom au mouvement des Janettes (Nouvelle fenêtre), était présente dimanche au « brunch de la laïcité » du Parti québécois à Laval. La militante de 89 ans était l'invitée d'honneur de l'événement.

Elle a illustré l'importance d'adopter la charte des valeurs du PQ en évoquant un scénario hypothétique où des hommes - des « étudiants riches de McGill » - pourraient vouloir monopoliser la piscine de son immeuble en réclamant des jours de baignade seulement pour eux.

C'est ça le "grugeage", c'est de ça dont on a peur.

Janette Bertrand

Pour regarder la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

« Les propos de Mme Bertrand contribuent-ils à créer un climat de peur au Québec? » a demandé un journaliste en point de presse à Pauline Marois. « Je ne crois pas », a répondu la chef du PQ, qui assure que la charte vise à faire de la prévention par rapport à l'intégrisme.

À ce moment, nous ne le sentons pas de façon significative [l'intégrisme]. Mais ce n'est pas parce qu'on ne le sent pas de façon significative qu'on ne doit pas faire de prévention.

Pauline Marois

Lorsqu'on lui demande si elle endosse les paroles de Janette Bertrand, Mme Marois répond qu'elle est « très fière » d'avoir l'appui de cette « femme qui a fait beaucoup pour l'égalité entre les hommes et les femmes ».

Mme Bertrand aux côtés du PQ

Lors du brunch de la laïcité, Janette Bertrand a expliqué qu'elle avait choisi de s'engager publiquement pour défendre la charte, avec les Janettes, lorsqu'elle avait vu qu'à la télévision, « tout ce qu'on voyait, c'était de jeunes femmes voilées qui se disaient féministes ».

Je me suis dit : il faut que je fasse quelque chose.

Janette Bertrand

Elle explique aussi qu'elle a décidé de joindre le PQ dans sa campagne après le débat des chefs à TVA. « Je me suis dit : ça n'a pas de sens, ça n'a pas de sens. La charte risque de ne pas passer. »

« Je suis avec Mme Marois pour une seule raison : il ne faut pas qu'on recule », a-t-elle ajouté.

Benhabib remercie Bertrand

La candidate dans Mille-Îles, Djemila Benhabib, a remercié Janette Bertrand de son appui, la qualifiant de « pionnière » pour l’engagement des femmes dans la société.

Janette, c’est peu dire que de te dire qu’on te doit presque tout, toi et tes semblables, nos grand-mères, nos mères, celles qui nous ont permis de rêver.

Djemila Benhabib

Le brunch de la laïcité se déroulait dans la circonscription de Mme Benhabib.

Mme Bertrand avait déjà participé, la veille, à un grand rassemblement du Parti québécois au théâtre Telus au cours duquel elle a proclamé son allégeance péquiste. « C'est la première fois que je parle de mes allégeances politiques », a-t-elle dit.

Des inquiétudes légitimes, selon Legault

Pour le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, les propos de Mme Bertrand reflètent « les inquiétudes de beaucoup de Québécois ». Il pense toutefois que ceux-ci « n'ont pas été formulés comme ils auraient dû être formulés ».

M. Legault a commenté l'affaire alors qu'il se trouvait dans une résidence pour personnes âgées de la circonscription Jean-Lesage, à Québec, dimanche.

Selon lui, la question des accommodements religieux serait déjà réglée si Mme Marois avait accepté le compromis sur la charte des valeurs que lui proposait la CAQ avant le déclenchement des élections.

Il promet de ne pas laisser traîner le dossier longtemps si son parti accède au pouvoir le 7 avril.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !