•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq morts au Caire sur fond de lutte entre militaires et Frères musulmans

 Heurts entre la police et des manifestants dans le quartier d’Ain Shams au Caire

Heurts entre la police et des manifestants dans le quartier d’Ain Shams au Caire

Photo : ? Stringer . / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Caire a connu un autre vendredi de troubles qui ont fait cinq morts, dont une journaliste égyptienne, dans des affrontements entre les forces de l'ordre et des partisans de Frères musulmans, opposés à la candidature de l'ancien patron de l'armée Abdel Fattah Al-Sissi pour la présidentielle.

La journaliste Mayada Achraf, du quotidien privé Al-Doustour, a été tuée d'une balle dans la tête alors qu'elle couvrait une manifestation dans le nord de la capitale, rapportent les responsables du journal.

La mort de Mayada Achraf porte à 10 le nombre de journalistes tués en Égypte depuis le soulèvement qui a mené au départ de Hosni Moubarak du pouvoir début 2011, selon un bilan du Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Des partisans des Frères musulmans, opposés à l'entrée en course du maréchal Al-Sissi pour la présidentielle, sont sortis dans la rue pour dénoncer également la condamnation à mort de plus de 529 des leurs plus tôt cette semaine.

D'autres marches avaient lieu en même temps dans plusieurs villes du pays.

Selon le ministère de l'Intérieur, 79 manifestants pro-Morsi ont été arrêtés en possession de cocktails Molotov et de feux d'artifice utilisés pour tirer vers les forces de l'ordre.

Des partisans du maréchal Al-Sissi sont également sortis dans la rue, brandissant des portraits de l'ancien patron de l'armée.

Abdel Fattah Al-Sissi est derrière le coup d'État contre Mohamed Morsi, en juillet 2013, après la grandiose marche de millions d'Égyptiens qui étaient descendus dans les rues pour réclamer le départ du président islamiste.

Depuis cette manifestation, Al-Sissi, qui a eu le feu vert de l'armée pour se porter candidat, voit ses portraits s'étaler partout. En annonçant sa candidature à la présidentielle, il a dit répondre à une demande de la population qui veut en finir avec le terrorisme.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !