•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ pour un virage numérique en culture

Pauline Marois, entourée de Maka Kotto et de Lorraine Pintal, à Montréal

Pauline Marois, entourée de Maka Kotto et de Lorraine Pintal, à Montréal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Parti québécois a rappelé mercredi son engagement d'investir 150 millions de dollars sur sept ans pour une stratégie numérique dans le secteur culturel.

De ce montant, 50 millions doivent servir à « assurer le transfert des œuvres québécoises sur support numérique ». Une somme de 100 millions doit quant à elle servir à mettre à jour les infrastructures culturelles.

Le PQ s'engage aussi à déposer un projet de loi sur l'encadrement du prix des livres neufs imprimés et numériques. Concernant cette mesure, déjà présentée en décembre, le ministre de la Culture sortant, Maka Kotto, a dit qu'il s'était « buté à une fin de non-recevoir des oppositions ».

La formation a rappelé les réalisations du gouvernement péquiste en culture, comme la fixation du prix d'entrée des jeunes à 1 $ dans les musées de l'État, et des investissements pour l'agrandissement du Musée d'art contemporain de Montréal ou pour le projet Le Diamant de Robert Lepage, notamment.

Le Parti québécois veut aussi reconduire et élargir le projet « Une école accueille un artiste » qui vise à mettre les enfants et les jeunes en contact avec l'art.

Les libéraux, quant à eux, n'ont formulé aucune proposition en matière de culture, selon la chef péquiste, Pauline Marois.

Maka Kotto a dit que son parti était arrivé au pouvoir dans un contexte budgétaire difficile, après neuf ans de gouvernements libéraux.

« Après notre élection, [l'ancien ministre des Finances] Raymond Bachand a révélé que nous étions dans le trou de 800 millions. Après, nous avons découvert que c'était 1,6 milliard. Il a fallu se réajuster. Nous avons relevé ce défi », a-t-il soutenu.

Pauline Marois était à Montréal pour présenter les engagements de sa formation en matière de culture. Elle était entourée notamment des candidats Maka Kotto (Bourget), Lorraine Pintal (Verdun) et Sylvie Legault (Mercier).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !