•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lev Tahor : une famille échappera-t-elle à la justice canadienne?

Chargement de l’image

Des policiers du Guatemala emmènent avec eux des membres de la secte Lev Tahor, à Panajachel.

Photo : Radio-Canada/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une famille de la secte Lev Tahor, qui avait fui l'Ontario pour se réfugier au Guatemala, peut y rester pour le moment.

Selon le porte-parole du groupe Uriel Goldman, un juge guatémaltèque a levé l'obligation qu'avaient les membres de la famille de se rapporter à l'ambassade canadienne locale, en attendant que leur appel pour rester dans ce pays d'Amérique centrale soit entendu. 

Ils peuvent demeurer dans le pays durant au moins trois mois sans visa, selon M. Goldman.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des membres de la secte lev Tahor, au Guatemala.

Photo : Radio-Canada/CBC

Un juge ontarien a pourtant ordonné leur rapatriement, plus tôt ce mois-ci. Les six enfants de la famille doivent être placés dans des foyers d'accueil, à la suite d'allégations de mauvais traitements et de mariages forcés de jeunes filles faites par la Direction de la protection de la jeunesse au Québec (DPJ).

Fugitifs

Cette famille ainsi qu'une autre, montrée du doigt par la DPJ, avaient quitté, en novembre dernier, leur domicile de Sainte-Agathe-des-Monts au Québec, en compagnie de dizaines d'autres membres de la secte juive ultra-orthodoxe, pour se réfugier à Chatham, dans le sud-ouest de l'Ontario.

Mais les tribunaux ontariens avaient par la suite confirmé un jugement rendu au Québec qui ordonnait qu'on retire aux deux couples de parents la garde de leurs 14 enfants.

Au début de mars, une des deux familles s'était enfuie à Trinité-et-Tobago. Mais ses membres ont été refoulés au Canada; les enfants ont été placés en famille d'accueil. L'autre famille, qui s'était réfugiée au Guatemala, y est toujours.

La famille s'est enfuie dans la région de Sololà au Guatemala :

La saga de Lev Tahor : chronologie

18 novembre : Environ 200 membres de la secte Lev Tahor quittent Sainte-Agathe-des-Monts et s'installent dans la région de Chatham, en Ontario, alors que la Direction de la protection de la jeunesse au Québec enquête sur des allégations de mauvais traitements. Les dirigeants de la secte nient catégoriquement les allégations.

Mercredi 27 novembre : Un tribunal de la jeunesse au Québec ordonne que 14 enfants de la secte soient retirés de leur milieu et placés dans des familles d'accueil au Québec.

Lundi 3 février : Un juge ontarien décide de retirer 13 enfants du groupe religieux Lev Tahor à leurs parents, mais leur laisse 30 jours pour faire appel de la décision.

Vendredi 21 février : La Cour supérieure du Québec refuse à la secte juive Lev Tahor le droit de faire appel de la décision de novembre qui ordonnait le retour de 14 enfants au Québec.

Lundi 3 mars : Une quinzaine de membres de la secte prennent l'avion en direction du Guatemala. Un groupe de 9 personnes est intercepté à Trinité-et-Tobago.

Mardi 4 mars : Au moins deux adultes et six enfants de la secte arrivent au Guatemala. 

Jeudi 6 mars : Un juge ontarien ordonne que les 14 enfants soient ramenés au Canada et placés dans des foyers d'accueil en Ontario en attendant que leur appel soit entendu.

Samedi 8 mars : Six enfants de la secte issus de deux familles, leurs parents et un autre adulte sont rapatriés au Canada après s'être enfuis à Trinité-et-Tobago.

Dimanche 9 mars : Une mère d'âge mineur, dont une partie de la famille a tenté de fuir vers Trinité-et-Tobago, est arrêtée à sa descente de l'avion à Calgary et ramenée en Ontario avec son bébé.

Lundi 10 mars : Sept enfants de la secte sont retirés de leur famille par les services de protection de l'enfance de Chatham-Kent.

Vendredi 14 mars : Trois adultes et 6 enfants qui seraient issus de deux familles de la secte comparaissent devant une juge à Panajachel. La juge décide de laisser les enfants avec leur famille.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Ontario