•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ porte plainte contre le PLQ pour financement illégal

Pierre Duchesne, candidat péquiste dans Borduas
Pierre Duchesne, candidat péquiste dans Borduas Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La perquisition effectuée par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) à la permanence du Parti libéral du Québec l'été dernier inquiète le Parti québécois, qui a annoncé mardi avoir porté plainte devant le Directeur général des élections pour financement illégal.

Selon des documents rendus publics au début du mois, l'enquête de l'UPAC, amorcée en août 2012, a notamment permis aux policiers de découvrir un montant de 428 000 $ récolté au cours d'une seule activité de financement et qui ne figure nulle part dans les rapports annuels du PLQ entre 2004 et 2012.

Selon le candidat péquiste dans Borduas, Pierre Duchesne, le chef libéral doit jouer franc-jeu avec les Québécois, d'autant plus qu'il a lui-même été rencontré par les enquêteurs. « Que sait Philippe Couillard de cette activité? Où est allé cet argent? Pourquoi ne pas avoir déclaré cette somme? D'où provient cet argent, M. Couillard? Est-ce que cet argent est utilisé dans la présente campagne électorale? » s'est-il enquis.

Questionné sur le sujet dimanche dernier aux Coulisses du pouvoir, Philippe Couillard a répondu qu'il n'aurait aucune tolérance si ce genre d'allégations devaient se confirmer au terme de l'enquête. « On assumera les responsabilités, mais on se demandera à chaque fois est-ce que cette pratique existe encore, est-elle possible, est-ce que les personnes mises en cause sont encore en position d'autorité au parti? Je crois fermement actuellement que la réponse sera non. »

Lors d'un face-à-face avec Jean-François Lisée à l'émission 24/60, mardi, la libérale Christine Saint-Pierre a réagi à la plainte déposée par le PQ. Elle a rappelé que l'UPAC et l'escouade Marteau ont été mises en place par le Parti libéral du Québec. « Nous on dit à l'IUPAC : "Faites votre travail". Si des gens ont fait des choses qui sont anormales, qui sont croches, on veut que ces gens-là soient punis, c'est tout », a déclaré l'ex-ministre libérale.

Interrogé sur les raisons qui ont poussé le PQ à attendre plus de trois semaines avant de porter plainte, M. Duchesne a invoqué l'approche rapide du jour de scrutin. « On est à 13 jours d'une élection générale », a-t-il souligné, rappelant que M. Couillard lui-même avait parlé de transparence, mardi.

On est à la veille d'une élection et il faut le dire aux Québécois : le retour aux années libérales, ça peut être une très longue visite chez le dentiste.

Pierre Duchesne, candidat péquiste dans Borduas

À moins de deux semaines du jour J, Pierre Duchesne a rappelé que le PQ, lui, n'avait fait l'objet d'aucune perquisition de l'UPAC depuis sa création.

Des responsable du PQ rencontrés par l'UPAC

Le Parti québécois a transmis un communiqué en début de soirée pour préciser que son directeur général, Sylvain Tanguay, et son directeur des finances et de l'administration, Pierre Séguin, avaient rencontré « de manière informelle », en février dernier, deux enquêteurs de l'escouade Marteau. Ces derniers « ont affirmé vouloir obtenir, de tous les partis politiques, des renseignements quant au financement du parti, à sa structure et à ses méthodes de financement ». 

« Je pense qu'on est au comble de l'hypocrisie, dans la même journée où M. Duchesne fait sa sortie, c'est franchement inacceptable. Assez pour le PQ de se draper dans vertu », a réagi le chef libéral Philippe Couillard, de passage à Asbestos.

Des documents embarrassants

La perquisition à la permanence du PLQ à Montréal, effectuée le 9 juillet 2013, avait permis aux enquêteurs de mettre la main sur une série de courriels dans lesquels il était question d'activités de financement ainsi que d'échange d'enveloppes chez Schokbeton, une compagnie appartenant à Marc Bibeau, l'ex-grand argentier du parti.

C'est grâce à toutes ces informations que les policiers de l'UPAC se sont rendu le 14 novembre suivant dans plusieurs entreprises appartenant à Marc Bibeau et à sa famille, notamment aux Centres d'achat Beauward et chez Schokbeton à Saint-Eustache, ainsi que chez Saramac à Terrebonne.

Le mandat obtenu par l'UPAC pour procéder à la perquisition dans les bureaux de Shokbéton montre que les enquêteurs étaient à la recherche de documents relatifs au Parti libéral du Québec et à du financement politique pour la période allant du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2009. Il autorisait notamment les policiers à effectuer une copie miroir du serveur de la compagnie et à procéder à la saisie des équipements informatiques si nécessaires.

Dans le même mandat, on peut lire que plusieurs témoins rencontrés par l'UPAC décrivent Marc Bibeau comme « le stratège » du parti et « le responsable du financement du PLQ » à l'époque où Jean Charest était au pouvoir.

Le même jour, l'UPAC avait également perquisitionné chez Construction Garnier et à l'Agence métropolitaine de Transport relativement au contrat de construction du train de l'Est reliant Mascouche à Montréal. La compagnie Construction Garnier a obtenu un contrat de 30 millions de dollars en 2011 pour les aménagements ferroviaires dans le secteur de Le Gardeur.

Selon des informations, des matériaux destinés à la construction de ces infrastructures auraient plutôt été livrés à la résidence de Suzanne Bibeau, soeur de Marc Bibeau, pour la construction d'un immense patio de 50 pieds par 40 pieds autour d'une piscine.

Politique