•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Couillard entend dévoiler sa situation financière, Marois refuse de faire de même

Le chef du PLQ, Philippe Couillard, à Trois-Rivières, le 25 mars

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, demande à ses adversaires de publier leur déclaration de revenus et de dévoiler leurs actifs et ceux de leur conjoint. Il s'engage à faire la même chose. Tant Pauline Marois que François Legault jugent qu'il n'est pas nécessaire de dévoiler les actifs, puisqu'ils sont déjà enregistrés auprès du commissaire à l'éthique.

« Je m'engage à divulguer non seulement ma déclaration de 2012, quand j'étais dans le secteur privé, mais également le bilan chiffré de mes actifs et ceux de mon épouse. Ces renseignements seront disponibles sur le site du PLQ avant le débat de jeudi », a dit d'emblée le chef libéral, en conférence de presse, à Trois-Rivières.

Invitant les autres chefs à faire de même, M. Couillard a dit qu'il s'agissait d'un geste essentiel pour assurer la transparence, un véritable « test ». Il soutient qu'il est possible de déplacer des actifs dans un couple, ce qui explique que la demande s'applique aussi aux conjoints.

« La transparence fait partie du lien de confiance. Elle sert à donner et à manifester la garantie d'intégrité. Pour les chefs de parti qui aspirent à diriger le Québec, c'est un niveau de transparence qui m'apparaît essentiel », a-t-il ajouté.

Le chef libéral a dû expliquer sa démarche. « Vous allez voir que ce n'est pas très compliqué. On a une maison et des REER, comme beaucoup de Québécois. J'ai bien réussi dans la vie. Je ne dis pas que je suis pauvre. L'idée, ce n'est pas de faire un concours indiquant qui est le plus riche ou le moins riche, mais [de montrer aux Québécois] qui est la personne qui se trouve devant eux et qui veut être premier ministre du Québec. »

En réponse à un journaliste qui tentait de savoir si la manœuvre visait Claude Blanchet, le mari de Pauline Marois, le chef libéral s'est défendu de cibler une personne en particulier.

« Je vise tous les chefs de parti et leurs conjoints. Les remarques des derniers jours de Mme Marois et de M. Legault, ce n'est pas le genre de politique que j'aime. Je comprends que des fois on puisse salir pour se faire élire, mais je ne suis pas sûr que c'est ce que les Québécois veulent entendre », a-t-il répondu.

Rappelons que, dans un enregistrement diffusé à la commission Charbonneau, l'ex-président de la FTQ, Michel Arsenault, disait vouloir discuter avec Pauline Marois, tout en parlant d'un « deal » passé avec son mari, Claude Blanchet. Les adversaires de Mme Marois ont maintes fois tenté d'avoir des réponses concernant un prêt accordé par le Fonds à Capital BLF, une entreprise dont Claude Blanchet a abandonné la direction après l'accession de Pauline Marois au pouvoir, en 2012.

Philippe Couillard soutient par ailleurs qu'il n'a « pas un sou hors Québec ». Il a été amené à faire le point sur ses activités en Arabie saoudite – où il a cofondé un service de neurochirurgie dans les années 1990.

« Les gens seront bien déçus quand ils vont voir mes états financiers. Il n'y a pas de millions là. En Arabie, comme tous les gens là, j'étais non résident. J'ai placé mes avoirs dans une banque étrangère. Quand je suis revenu, j'ai rapatrié ça chez nous, j'ai acheté une maison, et j'ai payé de l'impôt sur ce qui restait. »

Marois ne se prêtera pas à l'exercice

De son côté, Pauline Marois a jugé que la demande de Philippe Couillard était une tentative de diversion. Elle a du même souffle refusé de dévoiler ses états financiers.

« La réponse est non », a-t-elle dit aux journalistes, à Blainville. « Le commissaire à l'éthique a reçu tous les documents que je devais déposer et que mon conjoint devait déposer, et il était très satisfait. Par ailleurs, le salaire de la première ministre est connu. »

« M. Couillard essaie de faire de la diversion parce qu'il n'a rien à proposer en matière d'intégrité. Il ne se rend pas compte qu'un code d'éthique a été déposé. Évidemment, il n'y avait pas de commissaire à l'éthique quand il était au gouvernement », a-t-elle poursuivi.

De son côté, après avoir laissé entendre qu'il était ouvert à l'idée en autant que les autres chefs le fassent, François Legault a nuancé sa position en après-midi. Le chef de la Coalition avenir Québec a souligné que les actifs étaient déjà déclarés au commissaire à l'éthique. « Quand on dépose notre rapport d'impôt, je pense que c'est surtout ça qui est important. De savoir combien vaut la maison de Mme Marois, là, je pense qu'on tombe dans le domaine un peu personnel », a-t-il précisé.

La co-porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, a dit mardi avoir déjà rendu publique sa déclaration de revenus.

Concernant le refus de Mme Marois, Philippe Couillard a dit en après-midi « c'est sa décision. [Mais] elle aurait peut-être dû y penser un peu plus longtemps. Les citoyens s'attendent à ça ».

En 2012, François Legault et Pauline Marois avaient accepté de publier leur déclaration d'impôt, contrairement à leur adversaire libéral, Jean Charest.

Formation professionnelle

M. Couillard était à Trois-Rivières, mardi, pour faire part des engagements de son parti dans le domaine de la formation professionnelle.

Le PLQ veut s'inspirer de l'Allemagne et de ses écoles de métier pour offrir davantage de stages en entreprise dans les programmes de formation professionnelle. Il désire aussi assouplir les critères d'entrée pour les formations menant à des diplômes d'études professionnelles (DEP) ou encore à des diplômes d'études collégiales (DEC). Enfin, il veut qu'il soit plus facile de passer d'une formation à une autre, en créant des « passerelles » autant dans la formation professionnelle qu'au collégial et à l'université.

M. Couillard s'est engagé à ne pas revoir les frais de scolarité à l'université – il s'en tiendrait à l'indexation actuelle de 3 % par année. Il reconnaît toutefois que les institutions manquent de financement. Il misera à ce chapitre sur les revenus de brevets, la révision des frais de scolarité des étudiants étrangers et la philanthropie. Il n'est pas question pour lui de moduler les frais en fonction des programmes.

Un gouvernement libéral reverrait aussi la gestion des universités.

Lundi, le PLQ a fait la promesse de mettre en place un nouveau crédit d'impôt en matière de rénovation domiciliaire.

M. Couillard a été la cible de ses adversaires Pauline Marois et François Legault, notamment au sujet de la commission Charbonneau. Il a dû répondre à plusieurs questions au lendemain des déclarations d'un candidat libéral sur les circonstances ayant mené à la mise en place d'une commission d'enquête sur l'industrie de la construction.

Politique