•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vol MH370 : les autorités malaisiennes, des « bourreaux », selon des familles de victimes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En Chine, les proches des présumées victimes de l'écrasement en mer du vol de Malaysia Airlines ont manifesté devant l'ambassade de la Malaisie à Pékin.

En Chine, les proches des présumées victimes de l'écrasement en mer du vol de Malaysia Airlines ont manifesté devant l'ambassade de la Malaisie à Pékin.

Ils réclament plus d'informations et critiquent la gestion de la crise et des recherches de la part des autorités malaisiennes et de la compagnie aérienne depuis la disparition du vol MH370, le 8 mars dernier, alors qu'il effectuait la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin.

Des échauffourées ont éclaté entre les manifestants et les policiers, qui tentaient de les empêcher de pénétrer dans l'enceinte diplomatique.

« Menteurs! Dites la vérité et ramenez nos proches », scandaient la centaine de personnes présentes, dont plusieurs croient toujours que Kuala Lumpur leur cache des informations.

L'annonce par message texte, lundi, de la mort des 239 personnes à bord et du naufrage de l'avion dans le sud de l'océan Indien a provoqué des scènes d'hystérie dans l'hôtel de Pékin où certains des proches des 154 victimes chinoises sont réunis depuis plus de deux semaines. Quatre personnes ont été transportées à l'hôpital.

Dans un communiqué remis aux médias, les familles des disparus qualifient les autorités malaisiennes et la compagnie aérienne de « bourreaux » pour leur gestion erratique des différentes informations remises par la vingtaine de pays qui participaient aux recherches.

« Ces actions méprisables ont non seulement berné et anéanti physiquement comment mentalement les familles de nos 154 passagers chinois, mais elles ont aussi induit en erreur et retardé l'opération de secours », a déclaré à la presse un représentant des familles.

Malaysia Airlines et le gouvernement australien, le pays le plus près de la zone où se serait écrasé le Boeing 777, ont promis d'aider les familles des victimes qui souhaitent se rendre en Australie.

Même pas une aiguille dans une botte de foin, dit l'Australie

Par ailleurs, la Chine a demandé à la Malaisie, mardi, de lui remettre les données satellites qui lui ont permis de conclure à l'écrasement de l'avion, qui n'a toujours pas été retrouvé.

Les recherches ont dû être interrompues lundi en raison des forts vents et des précipitations. Les conditions météorologiques devaient toutefois s'améliorer au courant de la journée de mardi.

« Nous ne cherchons pas encore une aiguille dans une botte de foin », a imagé le ministre australien de la Défense. « Nous tentons encore de déterminer où se trouve la botte de foin. »

Le premier ministre malaisien a également prévenu que les recherches devraient être longues et ardues avant de retrouver la carcasse de l'appareil, ce qui pourrait aussi ne jamais arriver.

L'enquête sur les causes du changement de trajectoire du vol MH370 et le débranchement des appareils de communication se poursuit. Les autorités tendent vers l'hypothèse d'une action humaine et volontaire pour expliquer l'écrasement, mais ne disposent ni d'un suspect, ni d'un mobile.

Le président de Malaysia Airlines, Ahmad Jauhari Yahya, a indiqué mardi qu'il allait réfléchir à son avenir au sein de l'entreprise et envisagerait sa démission lorsque la crise serait terminée. Il répondait à des questions des journalistes lors d'une conférence de presse.

Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !