•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obama veut stopper les écoutes de la NSA

Photo : AFP / JENS WOLF

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président américain Barack Obama s'apprête à proposer au Congrès des États-Unis de mettre un terme à la collecte massive des écoutes téléphoniques
par l'Agence de sécurité nationale (NSA), a-t-on appris lundi auprès d'un responsable de l'administration.

Dans ce cadre, le gouvernement fédéral conserverait la capacité d'accéder à des « métadonnées », mais seulement au cas par cas et sur des affaires précises, a ajouté cette source, confirmant une information révélée par le New York Times.

En janvier, Barack Obama a exposé une réforme des pratiques de surveillance de la NSA, dévoilées par Edward Snowden.

Il a notamment promis que les services secrets américains ne pourraient plus espionner les dirigeants de pays amis ou alliés et a également proposé de modifier les règles de collecte des données téléphoniques des Américains.

Dans l'intervalle, et jusqu'à la promulgation d'une nouvelle loi, l'administration Obama va renouveler l'autorisation du programme de la NSA de collecte et de stockage de ces « métadonnées », a ajouté ce responsable.

Selon le New York Times, la Maison-Blanche espère que ce renouvellement, pour une durée de 90 jours, sera le dernier.

Dans le cadre du projet proposé par Obama, les données d'appel seraient conservées par les opérateurs de téléphonie et le gouvernement devrait obtenir l'autorisation de la Foreign Intelligence Surveillance Court, l'instance judiciaire pour les affaires de terrorisme, pour avoir accès à des écoutes téléphoniques.

Les pratiques de la NSA continuent de susciter un vif émoi dans le monde.

La semaine dernière, le Washington Post a révélé que la National Security Agency avait mis au point un système de surveillance capable d'enregistrer et de conserver pendant trente jours la totalité des conversations téléphoniques passées dans un pays cible, non identifié.

Ces lanceurs d'alerte, traîtres ou héros?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !